Le G20 veut mobiliser 100 milliards $ pour relancer l’économie des pays pauvres

0
579
A Rome, les leaders du G20 s'engagent en faveur de la relance économique des pays pauvres.

Le G20 s’est engagé à réduire les inégalités économiques et sanitaires entre les pays riches et les pays pauvres. Les participants au sommet de cette année à Rome, ont décidé de mobiliser au moins 100 milliards $. Cette somme permettra de relancer l’économie des pays en voie de développement.

Le G20 s’est engagé à accroître son soutien aux pays pauvres. Les 100 milliards $ qui seront mobilisés proviendront des 650 milliards $ des Droits de tirage spéciaux (DTS). Cet instrument financier a été mis en place par le Fonds Monétaire international (FMI). Son objectif est de soutenir la communauté internationale dans ses réponses aux défis lancés par la pandémie. Mais ces DTS profitent plus aux pays riches. Selon Les Echos, l’Afrique ne bénéficie que de 34 milliards $ sur le papier. La France et le Canada ont annoncé récemment leurs intentions de réorienter vers le continent africain, 20 % de l’argent reçu par le FMI.

L’épineuse question de la dette des pays pauvres

La directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, a de son côté exhorté le G20 à accélérer la mise en œuvre du « cadre commun » destiné à restructurer la dette des pays pauvres. Le moratoire sur le paiement du service de leur dette expire à la fin de cette année. 

Les participants veulent également mettre en œuvre une meilleure distribution des vaccins anti Covid-19. Ils veulent que 70 % de la population mondiale soit immunisée en mi-2022. Ils ont promis de « veiller à ce que toute la population mondiale ait un accès rapide et équitable aux vaccins ». Notons que dans les pays riches plus de 70 % de la population a reçu au moins une dose, alors que seulement 3 % des habitants des pays pauvres sont immunisés. Un écart qualifié d‘« inacceptable d’un point de vue moral » par Mario Draghi, le premier ministre d’Italie. 

Lire aussi:  Le G20 s’engage sur le minimum pour lutter contre le réchauffement climatique