Le Kenya bénéficie d’un fonds d’un milliard de dollars pour réduire les pertes de la ZLECAf

0
827
Benedict Oramah, président d’Afreximbank.

Le Kenya a accédé à un fonds d’un milliard de dollars pour atténuer l’impact de la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf). Le fonds a été créé par la Banque africaine d’import-export (Afreximbank).

Le Kenya bénéficie d’un accès à un fonds d’un milliard de dollars lancé par Afreximbank. Ce fonds a pour objectif d’atténuer les pertes liées à la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine.

Lire aussi: ZLECAf : l’Afrique peut doubler son commerce intra-africain d’ici 2030 (M.Buhari)

Le fonds prévoit une mobilisation de 10 milliards $

Ce fonds d’ajustement devrait atteindre 10 milliards de dollars sur dix ans, rapporte Business Daily Africa. Il sera mis à la disposition des pays et des entreprises qui en feront la demande. Il s’agit de pays ou d’entreprises qui pourraient subir des pertes de revenus en raison de l’élimination des droits de douane liée à la mise en œuvre de la ZLECAf. « Le fonds est nécessaire pour s’assurer qu’aucun pays ne se trouve dans une situation plus défavorable du fait de la mise en œuvre de la ZLECAf », a déclaré Benedict Oramah, président d’Afreximbank.

Selon la banque, le nouveau fonds commercial fournira un financement à court et moyen terme aux pays et entreprises vulnérables. Il leur permettra de s’adapter aux pertes de recettes tarifaires.

Lire aussi: La Banque africaine de développement soutiendra la ZLECAf avec des projets de 208 milliards $

Faciliter le commerce en Afrique

Le Kenya a été le premier pays d’Afrique de l’Est à ratifier l’accord commercial. La ZLECAf envisage de rassembler 1,3 milliard de personnes dans un bloc économique de 3 400 milliards de dollars, rapporte Business Daily Africa. Elle permettra d’améliorer le niveau de vie et d’encourager le développement. La réalisation de ce projet rendra l’Afrique moins dépendante du commerce avec d’autres régions.