Le Maroc débloque 2.3 milliards d’euros pour la mobilité électrique

0
230
Premier Ministre Marocain
La Commission nationale des investissements du Maroc a débloqué 2.3 milliards d’euros pour développer la mobilité électrique dans le pays.

La Commission nationale des investissements du Maroc a débloqué un financement de 2,3 milliards d’euros. Un financement sur cinq ans pour développer la mobilité électrique dans le pays.

Au Maroc, la Commission nationale des investissements Maroc a débloqué un financement de 2,3 milliards d’euros sur 5 ans. Ce financement sur 5 ans servira  à développer la mobilité électrique dans le pays.L’annonce a été faite par la Commission nationale des investissements à l’issue de sa deuxième assise. L’équipe pilotée par le Premier ministre Aziz Akhannouch a examiné en tout 19 projets. Des projets dans les domaines des mines et de l’agroalimentaire. Cette initiative vise à mettre en place un système de transports peu polluants dans les centres urbains. Notamment dans les grandes villes comme Marrakech, Casablanca Rabat, Tanger et Agadir.

Lire aussi : Kenya-Rwanda: BasiGo présente un bus électrique de 36 places

Une initiative qui créera 4 548 emplois

L’objectif est de créer 4 548 emplois directs et verts dans le domaine de la mobilité électrique. Les autorités marocaines prévoient encourager les énergies renouvelables et installer des usines pour la fabrication de véhicules et de batteries électriques. Le but est de réduire les émissions de CO2 de 13 % d’ici à 2030, comme le veut l’Accord de Paris sur le climat. Dans cette démarche, le Maroc a déjà mis en place l’Association professionnelle intersectorielle pour la mobilité électrique (Apime). Une association créée au premier semestre 2023.

Le Maroc travaille depuis 2022 sur le Plan national pour la mobilité électrique. Un plan qui bénéficie de la collaboration de l’Office national de l’eau et l’électricité (Onee) et du Partenariat mondial pour l’électricité durable (GSEP). Cette ambitieuse initiative témoigne de l’engagement du Maroc à promouvoir une mobilité durable. Ce plan représente également une volonté d’accélération de la transition vers les énergies propres. Cela, pour répondre convenablement aux défis environnementaux et climatiques.

Lire aussi : Maroc : Le roi Mohammed VI inaugure la nouvelle gare routière de Rabat

L’APIME

L’Association professionnelle intersectorielle pour la mobilité électrique (APIME) a été créée par des sociétés industrielles et commerciales. Une Assemblée générale des sociétés tenue le 30 janvier 2023 à Casablanca, a permis sa constitution. « Afin de préparer l’environnement marocain au développement rapide de la mobilité électrique, un certain nombre de sociétés industrielles et commerciales ont convenu, de former l’Association professionnelle intersectorielle pour la mobilité électrique (APIME), pour fédérer l’ensemble des opérateurs de l’économie marocaine concernés par cette thématique, d’élaborer et de défendre une attitude commune intersectorielle devant la problématique de la mobilité électrique », indiquait un communiqué de l’Association.

Les premiers axes de travaux de l’APIME vont être consacrés au dialogue avec les pouvoirs publics. Cela, afin de compléter la normalisation des équipements de la mobilité électrique. Aussi, pour examiner les cahiers des charges de branchement des installations de recharges. L’APIME a pour ambition de constituer le moteur du développement de la mobilité électrique au Maroc.

Lire aussi : L’autoroute Abidjan-Lagos assurera 75 % des échanges commerciaux en Afrique de l’Ouest (BAD)