Le premier vaccin contre le paludisme a protégé plus d’un million d’enfants en Afrique (OMS)

0
667
Vaccin-contre-palu
L’OMS annonce que le premier vaccin contre le paludisme, RTS,S a protégé plus d'un million d'enfants en Afrique.

Après plusieurs années de recherche, l’OMS annonce que le premier vaccin contre le paludisme permet de lutter efficacement contre la maladie. En Afrique, le vaccin antipaludique RTS,S/AS01 (RTS,S) a déjà protégé plus d’un million d’enfants au Ghana, au Kenya et au Malawi.

L’OMS annonce que le premier vaccin antipaludique, RTS,S/AS01 (RTS,S), a protégé plus d’un million d’enfants en Afrique. Ces doses ont été administrées à des enfants au Ghana, au Kenya et au Malawi dans le cadre d’un programme pilote coordonné par l’OMS. Selon l’organisation, l’efficacité du vaccin a été prouvée à la suite de projets pilotes lancés pour la première fois par le gouvernement du Malawi en avril 2019.

Lire aussi : L’alliance GAVI injecte 155 millions $ dans le déploiement du vaccin antipaludique en Afrique subsaharienne

Une demande de vaccin estimée à 80 millions de doses par an

Pour l’OMS, le vaccin pourrait sauver entre 40 000 et 80 000 enfants par an, s’il était déployé à grande échelle. En outre, la demande de vaccin devrait dépasser l’offre à court et moyen terme, indique l’organisation. « La capacité actuelle de production du vaccin s’élève à 15 millions de doses au maximum par an, tandis que la demande est estimée à plus de 80 millions de doses par an », précise l’OMS.

L’Alliance Gavi a déjà mobilisé plus de 155 millions $ pour le déploiement de ces vaccins en Afrique subsaharienne. « Ce vaccin ne constitue pas seulement une percée scientifique ; il change la vie des familles de part et d’autre du continent africain, et témoigne de la puissance de la science et de l’innovation pour la santé », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS. Le RTS,S pourrait être complété à l’avenir par d’autres vaccins d’une efficacité égale ou supérieure, a ajouté l’organisation.

Des recherches en cours pour le développement d’autres médicaments antipaludiques

En outre, l’OMS travaille à la préparation de nouveaux médicaments antipaludiques. Le financement de la recherche liée au paludisme a atteint un peu plus de 619 millions $ en 2020, indique l’organisation. Un investissement supplémentaire d’environ 851 millions $ par an sera nécessaire pour la période 2021-2030.

L’OMS plaide pour des innovations dans la lutte contre le paludisme. Elle travaille avec les pays sur une approche lancée en 2018 : «  D’une charge élevée à un fort impact : une riposte ciblée contre le paludisme ». Cette approche permet aux pays de collecter et d’analyser les données sur le paludisme afin de mieux comprendre la propagation géographique de la maladie, indique l’OMS.

Lire aussi : BioNTech entend produire des vaccins contre le paludisme et la tuberculose pour l’Afrique