Le président du Malawi licencie tout son cabinet suite à des allégations de corruption

0
1185
Lazarus Chakwera, président du Malawi

Lazarus Chakwera a licencié l’intégralité de son cabinet, en réponse à des allégations de corruption.

Le président du Malawi, Lazarus Chakwera, a limogé tout son cabinet après qu’un de ses ministres ait été accusé de corruption. De nouveaux ministres seront nommés plus tard cette semaine, a-t-il déclaré dans un communiqué publié lundi soir.

« J’ai dissous l’ensemble de mon Cabinet avec effet immédiat. Toutes les fonctions du Cabinet reviennent à mon bureau jusqu’à ce que j’annonce un Cabinet reconfiguré« , a indiqué le président malawien.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : opération « coup de poing » pour éradiquer la corruption dans les services publics

Les licenciements ont été annoncés un jour après que la directrice générale du Bureau de lutte contre la corruption, Martha Chizuma, ait allégué une corruption de haut niveau au sein du gouvernement. Ses accusations sont allées plus loin, indiquant que ses efforts, pour éradiquer la corruption, étaient entravés par des membres du pouvoir judiciaire. L’information a été abondamment relayée par des médias locaux, dont Malawi24.com.

Une offre d’amnistie

Plus tôt ce mois, le procureur général Thabo Chakaka-Nyirenda a annoncé une amnistie de 60 jours pour les personnes prêtes à restituer l’argent obtenu par des voies de corruption. Toutefois, cette offre d’amnistie semble ne plus être valide, selon le président malawien.

« Je ne soutiens pas l’offre d’amnistie à ceux qui ont fraudé le gouvernement et le peuple malawien. Bien que l’idée d’une amnistie ait été une promesse de campagne inscrite dans notre manifeste comme un moyen de récupérer rapidement les avoirs volés du gouvernement, elle ne peut être mise en œuvre sans un cadre législatif clair qui lui permette d’être mise en œuvre légalement et sans paraître indulgent face à la corruption » a-t-il laissé entendre.