Le Royaume-Uni et la BAD signent une garantie climatique de 2 milliards $ pour l’Afrique

0
634
Royaume-Uni-BAD
La ministre britannique pour l'Afrique, Vicky Ford et le président de la BAD, Akinwumi Adesina.

Le Royaume-Uni et la Banque africaine de développement (BAD), ont signé un accord de garantie climatique, dénommée « Room to Run ». Cet accord permettra à la banque de débloquer 2 milliards $ de financement pour soutenir des projets climatique en Afrique.

Le Royaume-Uni et la Banque africaine de développement (BAD) ont signé un accord de garantie en faveur du climat. L’accord baptisé « Room to Run » aidera la BAD à mobiliser 2 milliards $ pour soutenir des projets liés au climat en Afrique. Cet accord a été signé entre la ministre britannique pour l’Afrique, Vicky Ford et le président de la BAD, Akinwumi Adesina. C’était lors des 57ᵉ assemblées annuelles de la BAD à Accra au Ghana.

La moitié des fonds ira à l’adaptation au changement climatique

La moitié des fonds qui seront mobilisés par la BAD dans le cadre de cet accord sera consacrée à l’adaptation au changement climatique, rapporte Africa Business Communities. Actuellement, la banque consacre 67% de ses financements climatiques à l’adaptation. Le nouveau mécanisme de financement fait partie des engagements pris par le Premier ministre britannique, Boris Johnson, lors de la COP 26 en novembre dernier à Glasgow.

Lire aussi : Afrique : un fonds d’investissement de 350 millions $ pour l’adaptation climatique

Un engagement climatique honoré par le gouvernement britannique

Cet accord a été paraphé dans un contexte où les pays riches peinent à honorer leurs engagements pris lors des précédentes conférences des Nations unies sur le climat. C’est donc une avancée majeure que vient de réaliser le gouvernement britannique. En effet, lors de la COP, le Royaume-Uni a annoncé plusieurs projets pour soutenir l’adaptation de l’Afrique au changement climatique. Parmi ceux-ci figure un programme quinquennal pour répondre aux chocs dans le Sahel. Cette initiative prévoit l’extension du régime d’assurance régional africain. L’objectif est de couvrir par an un milliard de dollars de risques de sécheresse, d’inondation et de tempête, à partir de 2025-2026.

Les pays riches s’étaient engagés à fournir 100 milliards $ de financement climatique par an pour soutenir les pays en développement. Toutefois, le président de la BAD estime que l’Afrique ne reçoit pas suffisamment de ressources pour lutter contre le changement climatique. « Elle ne reçoit que 3 % du total des financements climatiques mondiaux », a-t-il déclaré.

Lire aussi : Les nations riches s’empressent de tenir leurs engagements climatiques avant la COP 27