Le Rwanda va piloter un programme de financement vert pour l’Afrique

0
690
Le président rwandais, Paul Kagame

Au Rwanda, un programme pilote vient d’être lancé par la Green Digital Finance Alliance (GDFA) et le Kigali International Finance Center (KIFC). Il permettra aux banques d’évaluer l’impact des investissements verts auprès des petites et moyennes entreprises (PME).

Le Rwanda sera le premier pays du continent à développer et à tester ce nouvel instrument. Il s’appuiera sur les « données déjà détenues sur les PME, minimisant ainsi la contribution requise de celles-ci ». À la suite d’un processus de « data mining », les données recueillies seront converties en « mesures climatiques ». Ces dernières permettront de « donner une note verte aux entreprises en fonction de leurs émissions », ont indiqué les deux structures dans un communiqué.

Les notes attribuées permettront aux banques et aux investisseurs de mieux cibler leurs investissements. Il contribuera également à déterminer l’impact réel des financements, en termes de transition verte et d’empreinte écologique.

Un engagement manifeste pour le climat

Le Rwanda a récemment annoncé un plan ambitieux visant à lever 11 milliards $ de financement, rapporte Financial Afrik. Ce programme entend aider à réduire les émissions et à réaliser des projets d’adaptation et d’atténuation.

Plus tôt cette année, le pays a révisé sa stratégie de croissance verte et de résilience climatique, datant d’une décennie. L’objectif est de développer une économie résiliente au changement climatique et neutre en carbone d’ici 2050.

Selon le GDFA, « le Rwanda est un pays pilote idéal en raison de son engagement envers la numérisation et l’utilisation de financements innovants pour atteindre ses objectifs nationaux dans le cadre de l’accord de Paris. Sans compter que le Rwanda est un centre régional de formation à la comptabilité carbone. Par conséquent, le pays s’est engagé à rapprocher le vert et le numérique à la fois au niveau stratégique et pratique. »

Lire aussi : Le Rwanda veut planter 43 millions d’arbres pour lutter contre la désertification