Le TGV marocain passe progressivement aux énergies renouvelables

0
1035

L’Office national des chemins de fer du Maroc (ONCF) veut passer 25% de sa consommation énergétique globale à l’énergie verte. L’objectif est d’atteindre 50 % d’ici 2023. 

L’ONCF a annoncé dans un communiqué qu’il fait rouler depuis ce 1er janvier, la totalité de ses trains Al Boraq à l’énergie propre. Cette transformation écologique s’inscrit en droite ligne avec la stratégie énergétique nationale qui place les énergies renouvelables au centre des priorités du pays.  

La stratégie a prévu l’augmentation de la part des ressources renouvelables pour les situer, dès 2030, à plus de 52% de la capacité installée. Ce qui fera du Royaume l’un des pays émergents les plus engagés dans le développement des énergies éoliennes et solaires. 

Améliorer l’empreinte carbone

D’après infomédiaire , l’Office œuvre vers un verdissement et une décarbonation progressifs. Plusieurs actions sont menées dans ce sens. On peut citer par exemple l’adoption d’un système d’éco-conduite, le recours aux énergies alternatives photovoltaïques au niveau des gares et bâtiments. 

Lire aussi: COP26 : le Maroc veut atteindre 60 % d’électricité renouvelable d’ici à 2030

L’ONCF verdit le cycle d’alimentation électrique du réseau ferré national, en substituant sa consommation électrique par une énergie propre. Ce qui lui permettra à court terme, d’améliorer globalement son empreinte carbone. 

L’objectif de l’Office est d’alimenter à terme, l’ensemble de ses trains entièrement à l’énergie propre. Pour l’instant, seuls les trains Al Boraq seront les premiers à offrir des voyages écoresponsables à l’énergie 100% éolienne.  

Précisons que voyager en train constitue l’un des meilleurs moyens de limiter son bilan carbone. En moyenne, le train émet 25 à 30 fois moins de gaz à effet de serre que les autres modes de transports.