Le Zimbabwe détient le transport routier le plus meurtrier au monde

0
754
Vera Songwe, secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique

Les accidents de circulation font plus de 1,3 million de morts et 50 millions de blessés dans le monde chaque année. Le Zimbabwe est le pays le plus touché par ce problème. Il compte quotidiennement 5 décès dus aux accidents de circulation. 

Le Zimbabwe détient le transport routier le plus meurtrier au monde. Chaque jour, on compte une moyenne de 5 décès causés par des accidents de circulation dans le pays. Le nombre de décès recensés par les autorités dans le domaine du transport routier a cru de 34% entre 2011 et 2019. Cela ressort du Rapport d’examen des performances en matière de sécurité routière cité par AllAfrica . Le document a été réalisé par les autorités zimbabwéennes en collaboration avec la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA). 

Selon Vera Songwe, secrétaire exécutive de la CEA, le coût des accidents de route pèse beaucoup sur l’économie zimbabwéenne. Un poids qui s’est accru depuis le début de la crise de Covid-19. D’autant plus qu’il réduit les ressources financières de l’Etat qui auraient pu servir à la relance économique. 

La situation de la sécurité routière au Zimbabwe est « désastreuse », déplore Songwe. Selon Jean Todt, envoyé spécial de la CEA, le nombre d’accidents de circulation pourrait tripler dans le pays si aucune mesure n’est prise. Ces derniers constituent déjà la cause majeure de décès et de blessures au Zimbabwe, fait savoir John Mangwiro, vice-ministre de la Santé. 

Lire aussi : La BAD accorde 118 millions $ à la Tunisie pour la modernisation de ses routes

Un plan pour assainir le domaine du transport routier

Les autorités du pays ont demandé à la CEA de les aider à assainir le transport routier national. C’est une initiative « encourageante », selon la secrétaire exécutive. Parmi les problèmes à résoudre, figure l’importation des véhicules d’occasion. « (…) Nous devons arrêter l’importation des véhicules qui ne sont pas conformes aux normes, mais qui finissent par nous coûter des vies. Ce qui nuit au développement économique » indique Songwe. 

D’après Todt, « nous avons besoin de routes plus sûres, de meilleurs véhicules, de données de qualité et d’infrastructures plus sûres pour un transport routier durable ». La CEA a élaboré un plan d’actions à cet effet. Il sera mis en œuvre d’ici 2030. Le gouvernement zimbabwéen s’est engagé à réaliser les différents projets contenus dans ce plan afin d’« assurer la sécurité routière » dans le pays. 

Lire aussi: La BAD accorde 99,39 millions $ à la RDC pour le projet d’aménagement de la route Bukavu-Goma

270 millions $ pour moderniser une route stratégique

Les autorités se sont récemment lancées dans la réhabilitation des routes dégradées. Elles ont décidé cette semaine de consacrer un financement de 270 millions à la modernisation de la route Marondera-Musami, rapporte The Herald . Ce chemin est le trajet le plus rapide entre ces deux localités. Le projet de réhabilitation permettra de relancer la circulation sur cette route stratégique qui a été endommagée par les eaux de pluies. Il contribuera également au développement économique dans la province de Mashonaland East.

Fidèle DJIMADJA