Les émissions de carbone augmentent à nouveau après une chute brève en 2020

0
822
Les émissions de carbone avaient chuté de 5,4% en 2020. Elles menacent d'augmenter de 4,9% d'ici la fin de l'année.

Les taux d’émissions de dioxyde de carbone sont revenus au même niveau qu’avant la pandémie. Du moins, selon les premières estimations du groupe de recherche Global Carbon Project, lancé dans le cadre de la COP26.

Les émissions de carbone devraient augmenter de 4,9 %, avant la fin de l’année. Elles atteindront ainsi une quantité de 36,4 gigatonnes de CO₂. Ce chiffre est bien au-dessus du niveau de 2020, et se rapproche du niveau de 2019. 

Pourtant, l’année dernière, les émissions de carbone avaient chuté de 5,4 %. Et pour cause, les quarantaines et les politiques liées à la Covid-19 avaient limité l’activité économique dans plusieurs parties du monde. 

Selon Bloomberg, les nouveaux chiffres illustrent le défi mondial posé par des décennies de politiques et d’investissements climatiques retardés. Les pays devront désormais réduire leurs émissions annuelles d’une quantité supérieure à la production combinée de carbone de l’Allemagne et de l’Arabie Saoudite. C’est la seule façon d’atteindre l’objectif 2050 de l’Accord de Paris, qui appelle à limiter le réchauffement.

« Les émissions avaient régressé comme un élastique. La même situation s’était déjà produite en 2009, où les émissions avaient chuté de 1,5 %. Elles ont rebondi de 5 % en 2010 comme si rien n’avait changé », a déclaré Robert Jackson, président du Global Carbon Project. 

Un retour vers les centrales à charbon

La Chine est de loin le plus gros pollueur au monde, responsable de près d’un tiers des émissions de carbone. Les efforts de relance économique du pays ont mis ses centrales à charbon en surchauffe. Ses émissions nationales devraient terminer l’année avec une hausse de 5,5 %, par rapport à 2019. Les émissions de l’Inde ont augmenté de 4,4 %, par rapport à 2019.

L’utilisation du charbon dans le monde avait atteint son point culminant en 2014. Depuis, des efforts ont été fournis et les chercheurs ont noté avec soulagement un déclin du charbon. Cette année a remis en question cette hypothèse, la consommation de charbon dépassant les niveaux de 2019. Cependant, pour l’heure, elle reste inférieure aux records de 2014.

Lire aussi : Les émissions des pays du G20 auront augmenté de 4 % en 2021