Les États-Unis s’allient à l’Afrique du Sud pour freiner le trafic des espèces sauvages

0
546
rhinoceros
Les Etats-Unis et l’Afrique du Sud ont convenu de former un groupe de travail pour « traquer les fonds » issus du trafic des espèces sauvages.

Les deux pays entendent mettre en place un groupe de travail qui stimulera le partage d’informations entre les services de renseignement financier pour lutter contre le braconnage.

Le département du Trésor américain et le Trésor national sud-africain ont convenu de former un groupe de travail pour « traquer les fonds » issus du trafic des espèces sauvages. Cette décision vise à intensifier les efforts de lutte contre le braconnage en Afrique du Sud.

Le nouveau groupe stimulera le partage d’informations entre les services de renseignement financier des deux pays, a déclaré Janet Yellen, secrétaire américaine au Trésor. Il renforcera également les contrôles pour lutter contre le blanchiment d’argent et le terrorisme.

Lire aussi: L’IA au service de la lutte contre le braconnage des éléphants en Afrique

Une recrudescence du phénomène

La plupart des espèces sauvages braconnées faisant l’objet de trafic sont destinées à certains pays asiatiques, où elles sont utilisées dans des médicaments traditionnels. Le trafic a fortement diminué au plus fort de la pandémie de Covid-19, mais a recommencé à augmenter l’année dernière. 

Selon le Fonds pour la stratégie de conservation, le trafic illégal d’espèces sauvages est le quatrième plus grand crime organisé au niveau international. Il génère entre 7 et 23 milliards $ par an.

Lire aussi: Des lycaons que l’on croyait éteinte aperçus en Ouganda

« Grâce à une collaboration plus étroite pour cibler les produits illicites liés au trafic d’espèces sauvages, ainsi que les activités criminelles associées, nous faisons aujourd’hui un pas dans la bonne direction. Pour sauver les populations d’animaux sauvages du braconnage, nous devons suivre les fonds de la même manière que nous le faisons pour d’autres crimes graves », a déclaré Janet Yellen.

Lire aussi: Au Kenya, le changement climatique tue désormais plus d’éléphants que le braconnage