Les forces navales européennes vont participer à la lutte contre les pirates en Afrique de l’Ouest

0
836
95% des enlèvements en mer contre rançons se font dans le golfe de Guinée. Les forces navales européennes viennent donc en renfort à celles de l'Afrique de l'Ouest pour lutter contre ce phénomène.

Une mission de l’Union européenne (UE) devrait patrouiller dans les eaux ouest-africaines dès les prochains mois. L’objectif est de renforcer la lutte contre la piraterie dans la région.

L’UE déploiera une mission de lutte contre la piraterie dans les eaux ouest-africaines, d’ici la fin de l’année. Elle sera menée par les forces navales du Danemark, de la France, de l’Italie, du Portugal et de l’Espagne.

La France, l’Italie et l’Espagne devraient ouvrir la voie, en envoyant des navires pendant huit mois chacun en 2022, a indiqué l’UE. Selon l’institution, le golfe de Guinée en Afrique de l’Ouest « continue d’être particulièrement dangereux pour les usagers de mer ». « La région représente désormais un peu plus de 95% de tous les enlèvements contre rançon en mer. Le risque d’actions des pirates reste élevé (…) du Togo au Gabon, avec le Nigeria comme centre de gravité », a ajouté l’UE dans un communiqué.

Selon EU Observer , des navires danois, français, italiens et portugais ont déjà effectué des « exercices », dans le cadre d’un projet pilote de présence maritime coordonnée. L’UE a ensuite suggéré que ce programme soit prolongé jusqu’en 2024. Des accords et des détails juridiques ont été ensuite négociés avec la vingtaine de pays constituant la région du golfe de Guinée.

Lire aussi : Lutte contre la piraterie : le Germinal échange son savoir-faire avec le Nigéria

Une région sous la menace des pirates

Outre la mission pilote de l’UE, d’autres navires de guerre danois, français, italiens, espagnols et américains ont récemment effectué des patrouilles indépendantes dans le golfe de Guinée. La région riche en pétrole, de 2,35 millions de km², avait été qualifiée par Reuters de « ruelle des pirates ».

Des centaines d’otages ont été capturés ces dernières années, avec des rançons allant jusqu’à 300 000 $. Par ailleurs, certains de ces pirates sont également responsables de la pêche illégale, qui cause des millions de dollars de pertes chaque année.

Rappelons qu’en décembre dernier, des pirates avaient enlevé six marins, en attaquant un porte-conteneurs dans la région.