Les gaz à effet de serre atteignent un niveau record, alerte l’OMM

0
74
Niveaux record de gaz à effet de serre : l'OMM tire la sonnette d'alarme avant la COP28.

Les concentrations mondiales de gaz à effet de serre ont atteint des niveaux sans précédent en 2022, dépassant de 50 % les valeurs préindustrielles, a averti l’Organisation météorologique mondiale (OMM) dans un nouveau rapport. Cette révélation a été faite à quelques jours de l’ouverture de la COP28, prévue aux Émirats arabes unis du 24 au 29 novembre prochain.

Les niveaux actuels de dioxyde de carbone (CO2), principal responsable du réchauffement climatique, ont atteint des niveaux record l’année dernière, indique l’Organisation météorologique mondiale (OMM) dans le nouveau rapport. D’après ce document, les concentrations moyennes mondiales de dioxyde de carbone (CO2), principal gaz à effet de serre, ont dépassé de 50 % les valeurs préindustrielles en 2022. Elles devraient maintenir leur tendance à la hausse en 2023 et dans les années à venir.

Lire aussi : Septembre 2023 : le mois le plus chaud de l’histoire, confirme l’OMM

Des conséquences désastreuses sur le climat et les océans

Selon le rapport, la Terre n’avait pas connu une teneur comparable en CO2 depuis 3 à 5 millions d’années. À cette époque, la température était 2 à 3 °C plus élevée, et le niveau de la mer dépassait de 10 à 20 mètres le niveau actuel. Le Secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas, déplore cette trajectoire inquiétante malgré les avertissements antérieurs.

À quelques jours de l’ouverture de la COP28, Petteri Taalas met en garde contre une augmentation des températures dépassant les objectifs de l’Accord de Paris. Le réchauffement, la fonte des glaces, et l’acidification des océans devraient intensifier les conditions météorologiques extrêmes. Taalas souligne l’urgence de réduire la consommation de combustibles fossiles pour éviter des coûts socio-économiques et environnementaux considérables.

La volonté politique, clé de l’action climatique

Face à ces défis, l’OMM a récemment lancé la Veille mondiale des gaz à effet de serre pour mieux comprendre les conséquences des émissions. Lorenzo Labrador, officier scientifique à l’OMM, souligne que malgré la disponibilité d’informations cruciales, la volonté politique est maintenant essentielle. Alors que la COP28 se profile, le monde attend une mobilisation des États à Dubaï pour inverser la trajectoire actuelle et atteindre les objectifs, fixés par l’Accord de Paris.

Lire aussi : D’ici 2080, le tiers de la population mondiale vivra dans des zones extrêmement chaudes