Les menaces de malwares bancaires s’intensifient avec la prolifération des services de paiement mobiles

0
654
Les cybercriminels ciblent de plus en plus les services bancaires mobiles en pleine croissance.

Les menaces de virus et programmes malveillants bancaires augmentent à l’échelle mondiale, au fur et à mesure que les services bancaires mobiles se multiplient. C’est ce que révèle le dernier rapport de Nokia sur les cybermenaces dans le monde.

Le rapport « Nokia 2021 Threat Intelligence » montre que les risques liés aux logiciels malveillants bancaires augmentent fortement, à travers le monde. Les cybercriminels ciblent de plus en plus les services bancaires mobiles en pleine croissance. Ces logiciels sont développés dans le but de voler des informations d’identification bancaire et les données des cartes de crédit.

Le rapport se base sur des données collectées sur plus de 200 millions d’appareils dans le monde, où le produit NetGuard Endpoint Security de Nokia est installé. Il montre une augmentation de 80 % des programmes malveillants ciblant les services mobiles bancaires, en seulement un an. Ceux-ci incluent des logiciels espions et des chevaux de Troie, à même de voler les SMS contenant des mots de passe à usage unique.

« Une part importante de cette activité est concentrée en Europe et en Amérique latine, mais cette activité s’étend continuellement à d’autres régions du monde. Les chevaux de Troie bancaires utilisent diverses astuces pour collecter les informations. Celles-ci incluent la capture des saisies, l’utilisation de pages intermédiaires semblables aux interfaces bancaires, la prise de captures d’écran, et même l’accès aux codes Google Authenticator », indique le rapport.

Quelques solutions

Selon le rapport Threat Intelligence, la plupart des applications bancaires permettent aux utilisateurs d’ajouter une fonction d’authentification multifacteur à leurs comptes. Cela permet de rendre plus difficile l’obtention d’informations personnelles par les cybercriminels. Leur utilisation est vivement recommandée.

Il est également recommandé d’éviter l’utilisation des services bancaires mobiles à partir de points d’accès WiFi publics. Enfin, le rapport suggère aux utilisateurs de recourir à des mots de passe complexes, ne comportant aucune information personnelle.

Lire aussi : Afrique subsaharienne : l’utilisation des services financiers mobiles a triplé en six ans