Les prix mondiaux des denrées alimentaires ont augmenté de 28 % en 2021 (FAO)

0
545
Abdolreza Abbassian, Economiste principal à la FAO.

Les prix alimentaires mondiaux ont légèrement baissé en décembre 2021, par rapport à leurs niveaux précédents. Toutefois, ces prix étaient nettement plus élevés par rapport à 2020, a indiqué l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

En 2021, l’indice FAO des prix alimentaires a atteint une moyenne de 125,7 points. Cela représente une augmentation de près de 28,1% de plus que l’année précédente.

Cette hausse a été principalement observée au niveau du prix des céréales. Pour l’ensemble de l’année, l’Indice FAO des prix des céréales a atteint son plus haut niveau annuel depuis 2012. Il a été 27,2% plus élevé qu’en 2020. On note une hausse de 44,1 % pour le maïs et de 31,3% pour le blé.

Par ailleurs, l’Indice FAO des prix des huiles végétales a atteint un sommet historique, augmentant de 65,8% par rapport à 2020. L’indice des prix du sucre a augmenté de 29,8% par rapport à l’année précédente, pour atteindre son plus haut niveau depuis 2016. Dans le même temps, les prix de la viande ont augmenté de 12,7% par rapport à 2020.

Lire aussi : La hausse des prix alimentaires mondiaux se rapproche du record historique de 2011

Une flambée portée par la Covid-19 et les changements climatiques

Plusieurs facteurs ont contribué à l’augmentation des prix des denrées alimentaires en 2021. La FAO pointe du doigt la pandémie de Covid-19 comme cause principale de cette flambée. Toutefois, on retrouve également d’autres facteurs, tels que l’augmentation du coût des intrants agricoles, ou encore les dérèglements climatiques. « Si les prix normalement élevés devraient céder la place à une augmentation de la production, le coût élevé des intrants, la pandémie mondiale en cours et les conditions climatiques de plus en plus incertaines laissent peu de place à l’optimisme quant à un retour à des conditions de marché plus stables, même en 2022 », a déclaré Abdolreza Abbassian, Economiste principal à la FAO.

« L’augmentation mensuelle des prix depuis le dernier trimestre 2020 était un signal pour les producteurs de produire plus, mais le fait que 2022 verra ou non un ajustement dépend de plusieurs facteurs, dont les répercussions de la pandémie, le coût des engrais et les conditions climatiques », a-t-il indiqué.