L’IFC s’associe à Liquid Intelligent Technologies pour renforcer l’infrastructure numérique du continent

0
610
Le président exécutif et fondateur de Liquid, Strive Masiyiwa, et le directeur général de l'IFC, Makhtar Diop.

La Société financière internationale (IFC) vient de signer un partenariat avec le groupe sud-africain Liquid Intelligent Technologies. Cet accord vise à étendre la capacité des centres de données existants et déployer des câbles à fibre optique sur le continent.

Le rapprochement de l’IFC avec Liquid Intelligent Technologies vise à soutenir l’écosystème numérique en pleine croissance dans la région. L’investissement dans les centres de données vient répondre à la demande croissante de services numériques, même dans des zones peu développées du continent. « Alors que la population de l’Afrique augmente et est de plus en plus urbanisée, la consommation de données devrait fortement augmenter. Avec cela, vient le besoin d’un hébergement de données local sécurisé », ont déclaré les deux sociétés.

Liquid Technologies s’appuiera sur les investissements en capitaux propres et en dette de l’IFC, qui s’élèvent à environ 250 millions $. Ces fonds aideront l’entreprise à accroître la capacité de ses centres de données en Égypte, au Kenya, au Nigéria et en Afrique du Sud. Les investissements soutiendront également le déploiement du réseau à large bande de Liquid Technologies, qui couvre plus de 100 000 kilomètres en Afrique subsaharienne.

Selon la Commission du haut débit pour le développement durable, l’Afrique subsaharienne a besoin de près de 100 milliards $ d’investissements, pour atteindre un accès haut débit abordable et de haute qualité, d’ici 2030. Il faudrait au moins 250 000 kilomètres de nouvelles lignes de fibre optique pour y parvenir.