fbpx
26.3 C
Cotonou
lundi 6, février 2023

L’Ouganda écarte une entreprise chinoise du marché ferroviaire et se tourne vers un rival turc

À lire absolument

La société chinoise devait se charger de la construction d’une ligne de chemin de fer de 273 kilomètres. Son coût est estimé à 2,2 milliards $.

L’Ouganda a mis fin à son contrat avec la société chinoise China Harbour and Engineering Company (CHEC). Cette dernière devait se charger de la construction d’une voie ferrée jusqu’à la frontière kényane.

Le pays envisage désormais de conclure un accord avec une société turque, a déclaré vendredi un haut responsable à Reuters. En 2015, le gouvernement ougandais a signé un contrat d’ingénierie, d’approvisionnement et de construction avec CHEC pour développer un projet de chemin de fer à écartement standard. La ligne de chemin de fer de 273 kilomètres reliera la capitale Kampala et la frontière de l’Ouganda avec le Kenya. Son coût est estimé à 2,2 milliards $.

Lire aussi: Burundi : La Bdeac financera le projet de chemin de fer Uvinza-Musongati-Gitega

Des problèmes de financement

L’Ouganda aurait été frustré par la réticence de la Chine à financer le projet, selon Reuters. « Lune des obligations du contrat était quils étaient censés aider l’Ouganda à trouver des financements, ce qui ne s’est pas vraiment produit », a déclaré une source proche du dossier. 

Le pays courtise désormais le turc Yapi Merkezi pour la gestion du projet. « Maintenant, nous menons des discussions avec Yapi Merkezi qui a montré de l’intérêt… Il n’y a pas encore de contrat avec eux, mais il y a un accord et les choses avancent rapidement », a déclaré la source, citée par Reuters. Notons que la société turque participe actuellement à la construction d’une ligne de chemin de fer à écartement standard de 1 219 kilomètres en Tanzanie.

Lire aussi: Le Bénin et le Nigeria relancent les discussions sur le projet de chemin de fer reliant les deux pays

À la une