L’Ouganda lance un projet pour améliorer la nutrition dans la région du Nil occidental

0
647
D'après l'UNICEF, 1 enfant sur 3 dans le Nil occidental souffre d'un retard de croissance. La malnutrition peut nuire de manière irréversible à la santé, à la capacité d'apprentissage et à la capacité de gain future des enfants.

Le gouvernement ougandais a lancé NutriCash. Grâce à ce projet, les enfants de moins de deux ans et les femmes enceintes pourront percevoir 14 $ chaque mois pour leurs besoins nutritionnels.

NutriCash sera mis en œuvre dans le Nil occidental. La région abrite la moitié des 1,5 millions de réfugiés en Ouganda. Selon l’UNICEF, la pandémie de Covid-19 met à rude épreuve les ressources des réfugiés et des communautés d’accueil. Près de trois enfants sur dix souffrent d’un retard de croissance dans la région. En outre, la moitié des enfants et plus d’un quart des femmes sont anémiques. C’est ce qu’a révélé l’évaluation de la situation alimentaire et nutritionnelle en 2021. 

Le projet cible les groupes vulnérables tout en renforçant les systèmes gouvernementaux de protection sociale et de santé. Cela permettra de garantir leur nutrition en cas de graves crises alimentaires.

Lire aussi : PAM: près de 60 millions de personnes subissent une grave crise alimentaire en Afrique de l’Est

Un projet soutenu par la Suède

« NutriCash est un investissement à long terme dans la protection des femmes et des enfants. C’est une preuve de solidarité avec les plus vulnérables à un moment où ils en ont le plus besoin ». C’est ce qu’a déclaré Adam Kahsai-Rudebeck, chef adjoint de la coopération à l’ambassade de Suède à Kampala. Le projet s’appuie sur l’aide financière d’urgence Covid-19 que la Suède a fournie à plus de 120 000 ménages dans la région du Nil occidental. 

« Les enfants, les femmes enceintes et celles qui allaitent ont des besoins nutritionnels particuliers. Lorsque les ressources sont limitées, ils sont les plus touchés par la malnutrition. Nous devons donner la priorité aux besoins des femmes et des enfants afin de garantir une base solide pour les générations à venir », a déclaré M. Abdirahman Meygag, représentant du PAM en Ouganda.