Madagascar : 100 millions $ de la Banque mondiale pour soutenir les moyens de subsistance

0
695
Hafez Ghanem, vice-président de la Banque mondiale pour l'Afrique orientale et australe

Le Conseil d’administration de la Banque mondiale a approuvé la semaine dernière une subvention de 100 millions $ pour Madagascar. Ce financement permettra d’améliorer l’accès aux infrastructures de base. Il soutiendra les moyens de subsistance dans le sud du pays. 

La Banque mondiale débloque 100 millions $ pour financer le projet d’appui aux moyens de subsistance résilients dans le sud de Madagascar. Le projet, appelé Mionjo, couvrira trois régions du sud : Anosy, Androy et Atsimo-Andrefana.

91 % de la population souffre de la pauvreté

« J’ai fait de la lutte contre la famine et la malnutrition dans le sud de Madagascar, une priorité de l’Etat », a déclaré le président malgache Andry Rajoelina. Cette partie du pays souffre d’une grave sécheresse, entraînant une forte pénurie alimentaire. « Cette année, près de 1,3 millions de personnes sont touchées et leur vulnérabilité a été aggravée par la crise COVID 19 », explique Hafez Ghanem, vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique orientale et australe. Selon la Banque, 91 % de la population du sud de Madagascar vit sous le seuil de pauvreté.

Renforcer les moyens de subsistance vulnérables aux chocs naturels 

Le projet permettra aux habitants de cette région d’améliorer leurs moyens de subsistance. Ceux-ci se limitent principalement à l’agriculture et à la pêche. Ces domaines d’activité sont vulnérables aux chocs naturels. L’initiative s’attaquera aux facteurs de pénurie d’eau et d’insécurité alimentaire.

Lire aussi:

Madagascar subit l’une des premières famines liées aux dérèglements climatiques dans le monde

Madagascar : La sécheresse, un avertissement pour les pays riches, selon Amnesty International

Le financement soutiendra la réhabilitation des principales infrastructures d’eau. La rénovation de ces infrastructures permettra de résoudre les problèmes de sécheresse chronique. Cela permettra aussi de soutenir les activités de subsistance. L’appui la banque renforcera la résilience socio-économique des communautés.

« Ce projet approuvé constituera la première phase de cette série de projets et sera mis en œuvre pendant les quatre années suivantes dans la moitié des districts des trois régions du sud », précise la Banque mondiale. Cette phase du programme suivra une approche communautaire pour renforcer les institutions locales. Le projet financera les principales infrastructures communautaires pour les services de base. Il soutiendra aussi les subventions aux moyens de subsistance pour les organisations communautaires. La deuxième phase sera étendue aux districts restants.

Mionjo priorisera les investissements en faveur des femmes, des jeunes et des groupes touchés par l’insécurité et les chocs climatiques. L’initiative fait partie des projets de relance pour le sud de Madagascar. Ces projets sont inscrits dans la loi de finances rétroactive du pays. Elle fait également partie de la stratégie de riposte à la Covid-19 du Groupe de la Banque mondiale.