Madagascar : 80% des enseignants n’ont pas le diplôme adéquat selon la Banque mondiale

0
1309
enseignants
Un rapport de la Banque mondiale révèle que 80% des enseignants de Madagascar n’ont pas le diplôme adéquat.

Le système éducatif malgache est confronté à d’énormes problèmes selon la Banque mondiale. Dans un rapport, l’institution indique que la majorité des enseignants n’ont pas le diplôme adéquat. Cette situation entraîne une baisse du niveau des résultats scolaires.

La baisse des résultats scolaires à Madagascar est liée au processus de recrutement et aux performances des enseignants dans les écoles publiques. C’est ce que révèle le rapport économique 2022 de la Banque mondiale. Près de 80 % des enseignants n’ont pas le bon diplôme, indique le rapport.

Lire aussi : La plus grosse part de l’aide à l’éducation de la Banque mondiale revient à l’Afrique

Manque de transparence dans le processus de recrutement des enseignants

« Les processus de recrutement et de promotion manquent de transparence dans le secteur de l’éducation publique », indique la Banque mondiale. Selon l’étude, plus de 40 % des enseignants fonctionnaires et plus de 65 % des enseignants recrutés par les communautés locales n’ont pas participé à un processus de recrutement compétitif. Cela favorise l’embauche d’enseignants peu qualifiés, rapporte Midi Madagasikara. « Les enseignants ont généralement de faibles qualifications académiques, en particulier les enseignants au niveau communautaire, dans la mesure où 80% d’entre eux n’ont pas de diplôme adéquat », ajoute le rapport.

Le retard d’apprentissage dépasse la moyenne en Afrique subsaharienne

En outre, le rapport estime que 97 % des enfants de 10 ans ont des difficultés à lire et à comprendre un texte simple en français. « Le retard d’apprentissage à Madagascar est supérieur de 10% à la moyenne de l’Afrique subsaharienne et de 6,8% à celle des pays à faible revenu », indique la Banque mondiale.

Le document suggère de mettre en place un processus national de sélection au mérite pour les candidats à l’enseignement dans la fonction publique. La Banque mondiale recommande de publier les offres d’emploi via une plateforme en ligne, des annonces dans les journaux et des alertes par SMS. Cela permettrait de suivre et de contrôler le processus d’embauche. En outre, le rapport suggère qu’une agence indépendante administre un test de compétences pour les types d’enseignants. Selon la Banque, ce test « peut aider à effectuer une présélection des candidats en établissant une note minimale pour attribuer des contrats aux enseignants entrant dans la fonction publique ».

Lire aussi : Madagascar : généralisation inquiétante de la corruption sexuelle en milieu scolaire