Madagascar : La BAD alloue 16,9 millions $ pour assurer la sécurité alimentaire dans le sud du pays

0
589
Madagascar
La BAD accorde 16,9 millions $ à Madagascar pour réduire la pauvreté et assurer la sécurité alimentaire dans le sud du pays.

La Banque africaine de développement (BAD) a signé des accords de financement d’un montant total de 16,9 millions $ avec Madagascar. Ce financement permettra de réduire la pauvreté et d’assurer la sécurité alimentaire dans le sud du pays.

La Banque africaine de développement (BAD) débloque un financement de 16,9 millions $ en faveur de Madagascar. Les accords de financement ont été signés la semaine dernière. Ce montant sera utilisé pour la mise en œuvre de la première phase du Programme du Pôle de croissance intégré agricole et agro-industriel dans le sud de Madagascar. L’appui de la BAD représente 89% du financement nécessaire à la mise en œuvre de cette première phase. Le programme devrait coûter environ 19,11 millions $.

Lire aussi : La malnutrition des enfants pourrait quadrupler dans le sud de Madagascar

Développement des infrastructures de production

« Ces accords de financement tombent à point nommé pour Madagascar, car le gouvernement met un point d’ordre dans l’assistance de la population du Grand Sud, notamment dans l’Androy où sévissent la sécheresse et le Kere (famine endémique du sud de Madagascar) », a déclaré Abarinirinarison Rindra Hasimbelo, ministre de l’Économie et des Finances de Madagascar. Selon un communiqué de la BAD, le programme prévoit d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans les régions d’Anosy et d’Androy. Pour ce faire, l’initiative travaillera à développer les infrastructures de production et d’accès au marché, et à promouvoir des chaînes de valeur agricoles résilientes. En outre, le programme stimulera le développement de l’emploi et l’esprit d’entreprise chez les jeunes et les femmes.

Augmenter la production céréalière

Selon la BAD, la première phase du programme permettra à terme de réduire le pourcentage de personnes qui n’ont pas l’apport minimum quotidien de 2 133 kilocalories. L’appui de la banque permettra de réduire ce taux de 75 à 60%. En outre, le programme permettra d’augmenter les rendements de la production céréalière. Ainsi, la production de riz atteindra quatre tonnes par hectare, contre 1,5 tonne par hectare actuellement. La production de maïs sera portée à deux tonnes par hectare, contre 1,2 tonne par hectare actuellement.

Garantir l’accès à l’eau potable à 6000 personnes

Grâce à ce programme, au moins 6 000 personnes, dont 3 000 femmes, auront accès à l’eau potable. Près de 3 000 emplois seront également créés. Selon Adam Amoumoun, représentant du Groupe de la BAD à Madagascar, le programme permettra d’attirer des investissements publics et privés dans des secteurs agricoles prometteurs à valeur ajoutée. Les accords de financement ont été signées par le Rabarinirinarison Rindra Hasimbelo, et Adam Amoumoun.

Lire aussi : Madagascar subit l’une des premières famines liées aux dérèglements climatiques dans le monde