fbpx
26 C
Cotonou
mardi 28, juin 2022

Madagascar : 5,8 millions $ de l’USAID pour renforcer l’industrie du chocolat et des épices

À lire absolument

L’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) a lancé un nouveau partenariat public-privé de 5,8 millions $ à Madagascar. L’objectif est de renforcer l’industrie du chocolat et des épices du pays sur cinq ans.  

Le partenariat est appelé « Alliance TSIRO ». Il s’engage à soutenir plus de 2 000 agriculteurs dans 30 communautés et à planter plus de 1,5 million d’arbres. L’initiative permettra de soutenir les systèmes agroforestiers et la biodiversité. L’Alliance TSIRO réunit des entreprises privées locales et internationales. Elle a associé également des organisations à but non-lucratif travaillant dans l’industrie du chocolat fin et des épices. 

« L’USAID reconnaît que le secteur privé peut être une force puissante pour stimuler la croissance économique. Il peut créer des emplois et faire progresser les opportunités qui améliorent le bien-être des personnes et des communautés ». C’est ce qu’a déclaré le directeur de la mission de l’USAID Madagascar, John Dunlop. 

Une terre propice au développement du cacao

Selon l’agence, Madagascar abrite une variété patrimoniale unique de cacao appelée criollo. Ce type de cacao rare est célèbre pour sa saveur fruitée et a attiré l’attention de nombreuses entreprises internationales de chocolat fin. Le criollo a besoin d’ombre pour pousser, c’est pourquoi l’Alliance TSIRO plantera plus de 1,5 million d’arbres dans l’espace entre les fragments forestiers des corridors forestiers de Tsaratanana et Fandriana Vondorozo. Ces zones seront utilisées pour produire du cacao et des épices dans un système agroforestier mixte. 

Lire aussi: 3 millions $ de l’USAID et de RRF pour développer la filière cajou en Afrique de l’Ouest.

« Ces systèmes agroforestiers sont une solution gagnant-gagnant », a déclaré Agathe Sector, directrice du Bureau de l’environnement durable et du développement économique de l’USAID. « Ils préservent la biodiversité en offrant un habitat aux lémuriens et à d’autres espèces animales vivant dans les forêts. Ils créent les conditions nécessaires aux agriculteurs pour cultiver du cacao de haute qualité, qu’ils peuvent ensuite vendre à des acheteurs internationaux pour un prix plus élevé ». 

À la une