Maroc : 10 000 décès par an dus à la pollution atmosphérique

0
710
Pollution-atmosphérique
Selon une étude du ministère de la Santé, le Maroc enregistre, chaque année, 10 000 décès liés à la pollution atmosphérique.

Le Maroc enregistre 10 000 décès par an dus à la pollution atmosphérique. Sur 100 décès causés par la pollution, 47% sont dus à des maladies d’origine respiratoire, indique une étude menée par le ministère marocain de la Santé.

Selon l’OMS, la pollution atmosphérique provoque 7 millions de décès par an dans le monde. Sur ce total, 3,2 millions de décès sont dus à l’air intérieur pollué et 3,8 millions de décès sont dus à la pollution de l’air extérieur. Au Maroc, 47% des décès causés par la pollution sont dus à des maladies d’origine respiratoire, rapporte Le matin. Ces chiffres ont été révélés à l’occasion de la Journée internationale de l’air pur pour un ciel bleu. L’événement était placé sous le thème « notre air partagé ». Il a notamment permis d’établir un lien entre l’augmentation de la pollution de l’air et le taux exponentiel de décès et de maladies dans le monde.

Émergence des maladies respiratoires

Selon un rapport de 2019 du ministère marocain de la Santé, le Royaume enregistre chaque année 10 000 décès liés à la pollution de l’air. En outre, la pollution atmosphérique est responsable de l’émergence de nombreuses maladies. Selon l’étude, sur 100 décès causés par la pollution, 47% sont dus à des maladies d’origine respiratoire, dont l’asthme et les maladies pulmonaires obstructives chroniques. 27% des décès sont liés à des problèmes cardiaques. En outre, 18% des décès sont liés à des attaques cérébrales et 8% sont causés par le cancer du poumon.

Lire aussi : 99% de la population mondiale est exposée à la pollution de l’air (OMS)

7 millions de décès par an dans le monde

L’OMS considère la pollution de l’air comme l’une des principales causes évitables de décès et de maladie dans le monde. L’organisation estime que 99 % de la population mondiale respire un air pollué. Les décès liés à la pollution sont causés à la fois par l’air intérieur pollué (3,2 millions de décès) et par l’air extérieur pollué (3,8 millions de décès par an). Les êtres humains passent près de 90 % de leur vie dans des espaces clos : les maisons, les écoles et les lieux de travail. Selon l’OMS, les décès causés par l’air intérieur pollué sont liés à l’utilisation de foyers ouverts polluants pour la cuisson et le charbon de bois. Parallèlement, la pollution atmosphérique provient de l’énergie domestique utilisée pour la cuisine, la production d’électricité, l’agriculture, l’incinération des déchets et l’industrie.

Adopter des méthodes moins polluantes

Selon le Dr Tayeb Himdi, chercheur en politiques et systèmes de santé, la pollution atmosphérique peut être atténuée. Il recommande de renouveler l’air intérieur en aérant les pièces pendant 10 à 15 minutes le matin et le soir. Il recommande également l’adoption d’énergies propres. Par ailleurs, l’OMS suggère de « réduire les principales sources de pollution de l’air ambiant grâce à des politiques et à des investissements favorisant une utilisation durable des sols, des énergies domestiques et des moyens de transport plus propres, des logements, des centrales électriques et des usines économes en énergie, et une meilleure gestion des déchets municipaux ».

Lire aussi : Afrique : la pollution de l’air a causé plus d’un million de décès en 2019