Mastercard et Financial Sector Deepening lancent un fonds de 20 millions $ pour stimuler les PME ougandaises

0
614
Rashmi Pillai, PDG du Financial Sector Deepening (FSD)

Ce mécanisme de financement commun facilitera la reprise économique de plus de 50 000 entreprises, à travers le pays.

Financial Sector Deepening (FSD) et la Fondation Mastercard viennent de lancer un fonds de relance des petites et moyennes entreprises (PME) ougandaises.  Celui-ci aidera plus de 50 000 PME à se remettre des effets de la pandémie de Covid-19.

Lire aussi : La Tunisie lance un nouveau fonds dédié au financement des PME innovantes

D’une valeur de 20 millions $, le fonds stimulera la relance des petites entreprises appartenant à des jeunes et à des femmes. Il garantira la stabilité de quelques 100 000 emplois et créera 150 000 emplois supplémentaires.

Jusqu’à 80.000 $ de crédits disponibles pour les participants

Les PME participants au programme bénéficieront de crédits d’une valeur comprise entre 100 000 et 10 millions de shillings ougandais (800 et 80 000 $). Les fonds seront octroyés par l’intermédiaire des institutions de microfinance partenaires.

Selon Rashmi Pillai, PDG de FSD, le MSE Recovery Fund est le résultat d’études effectuées durant les dernières vagues de la pandémie en Ouganda. Elles ont montré une baisse de la qualité des emplois et une diminution du salaire net pour près de 73 % des adultes interrogés.

« Les individus et les ménages qui travaillaient pour et avec des MPE ont été les plus touchés. C’est pourquoi nous lançons aujourd’hui un fonds à destination des propriétaires de petites entreprises pour renforcer leurs activités et améliorer l’employabilité », a déclaré Rashmi Pillai. Elle a précisé que cette facilité soutiendra le Fonds de relance des petites entreprises du gouvernement ougandais.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : le FSA accorde un fonds de garantie de 60 milliards FCFA aux PME

A noter que la création de ce fonds s’inscrit dans le cadre de la stratégie Young Africa Works de Mastercard. Elle vise à aider au moins 30 millions de jeunes, à travers l’Afrique, à accéder à un travail digne et épanouissant.