fbpx
26.3 C
Cotonou
lundi 6, février 2023

Metro Africa Xpress lèvera 100 millions $ pour déployer des véhicules électriques en Afrique

À lire absolument

Fidèle DJIMADJA
Journaliste de formation, spécialisé sur les questions de développement en Afrique. Écrivain, auteur de romans. Passionné du football.

La startup nigériane dispose d’une flotte de 9 000 véhicules dont seulement 5 % sont électriques. Son ambition est de porter la part de ces derniers à 70 % d’ici à 2026.

Metro Africa Xpress (MAX) prévoit de lever 100 millions $ sur le marché international d’ici fin 2023. Il s’en servira pour déployer des véhicules électriques (VE) dans 10 pays africains. Opérant déjà au Nigeria et au Ghana, l’entreprise cible désormais les marchés camerounais, égyptien et ougandais.

Lire aussi : Tailing Electric a installé une usine d’assemblage de véhicules électriques au Rwanda

Dans une interview accordée à Bloomberg, David Hoyme, un responsable de MAX, a déclaré que l’entreprise détenait une flotte de 9 000 véhicules, dont seulement 5 % sont électriques. La startup souhaite porter ce taux à 70 % d’ici 2026. Elle envisage de nouveaux partenariats en plus de ceux qu’elle a déjà conclus avec les producteurs tels que Yamaha et Bolt Technology OU. Elle projette également de porter la part des véhicules électriques à 70 % de son parc automobile d’ici 2026.

 Fondé en 2015, MAX est une entreprise nigériane active dans le secteur des technologies de la mobilité. Il bénéficie du soutien de la société de capital-investissement Lightrock LLP qui l’a aidé à lever 31 millions $ lors d’un tour de table de série B en fin d’année dernière. Selon le cabinet international McKinsey & Company, le coût d’acquisition d’un véhicule électrique est généralement plus abordable. Au Kenya, un VE est 67 % moins cher qu’un véhicule ayant un moteur à combustion.

Lire aussi : BasiGo lève 4,3 millions $ pour accélérer l’adoption des véhicules électriques de transport en commun au Kenya

Fidèle DJIMADJA

À la une

Fidèle DJIMADJA