MFS Africa rejoint le nouveau système de paiement transfrontalier africain

0
770
Dare Okoudjou, Fondateur et PDG de MFS Africa

Ce partenariat vise à étendre la portée du système à plus de 320 millions d’utilisateurs, sur le continent.

MFS Africa, la plus grande plateforme panafricaine de paiements numériques, a annoncé son adhésion au Système panafricain de paiement et de règlement (PAPSS). Cette association permettra d’étendre la portée du service à plus de 320 millions de portefeuilles mobiles, sur 35 marchés africains.

Lire aussi : Afrique : le nouveau système de paiement transfrontalier permettra d’économiser 5 milliards $ par an

Grâce à l’adhésion de MFS Africa, de nombreuses petites et moyennes entreprises du continent pourront accéder plus rapidement au PAPSS. Cela marque une nouvelle étape dans la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf).

Un accès plus facile aux services de paiement formels

Pour le fondateur et PDG de MFS Africa, Dare Okoudjou, les échanges entre Africains ne sont pas limités par les frontières. Le commerce et les transferts monétaires ne devraient donc plus rencontrer aucune barrière. « En rendant les paiements transfrontaliers abordables et plus faciles, le PAPSS offre aux petites et moyennes entreprises (PME), un accès plus facile aux services de paiement formels, qui les aideront à développer leurs activités. La négociabilité et l’interchangeabilité directes des devises suppriment bon nombre des obstacles au commerce et aux investissements intra-africains », a-t-il déclaré.

Pour rappel, le PAPSS est une plateforme électronique permettant des paiements instantanés entre les États africains, en monnaies locales. Il pourrait devenir l’un des principaux éléments constitutifs de la Zone de libre-échange africaine.

Lire aussi : Afreximbank lance le système panafricain de paiement et de règlement 

Le projet a achevé sa phase pilote dans six pays, à savoir le Nigeria, la Gambie, la Sierra Leone, le Libéria, le Ghana et la Guinée. Selon les autorités ghanéennes, il devrait permettre au continent d’économiser jusqu’à 5 milliards $ par an, dès son adoption dans tous les pays.