Un certificat d’origine électronique pour faciliter le commerce dans la région de la SADC

0
525
Commerce-intra-régional
Le Comité des ministres du Commerce de la SADC a approuvé le cadre d’adoption du certificat d’origine électronique (e-CoO).

Le certificat d’origine traditionnel sera remplacé par une version électronique dans la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC). Cette décision vise à résoudre les défis auxquels sont confrontés les commerçants et les douaniers dans l’utillisation dudit document.

Le Comité des ministres du Commerce de la SADC a approuvé le cadre d’adoption du certificat d’origine électronique (e-CoO). Le cadre contribuera à faciliter l’introduction de l’utilisation par voie électronique du document. Cela permettra une circulation fluide des marchandises à travers la région jusqu’aux consommateurs finaux.

Le commerce régional intra-SADC est ralenti par des retards et d’autres coûts impliqués dans le traitement manuel du certificat d’origine. Cette situation a un impact négatif important sur les échanges commerciaux. L’e-CoO augmentera le flux continu du commerce intra-régional en éliminant les obstacles causés par le processus manuel.

Lire aussi : Kenya : lancement d’une plateforme d’échange de documents commerciaux pour connecter 22 pays africains

En outre, la mise en œuvre de l’e-CoO devrait contribuer à la réduction des barrières non tarifaires au commerce. Elle renforcera également la participation des États membres de la SADC dans la chaîne de valeur régionale. L’e-CoO réduira considérablement la fraude et offrira aux commerçants une concurrence loyale sur l’ensemble du marché.

À noter que la mise en œuvre de l’e-CoO est soutenue par des fonds fournis dans le cadre du programme PTF UE-SADC.  Ce dernier est financé par l’Union européenne (UE) à hauteur de 15 millions d’euros. Il vise à renforcer le développement économique inclusif dans la région de la SADC en approfondissant l’intégration économique régionale et en augmentant le commerce intra-régional.

Lire aussi : Un accord entre le Fonds monétaire arabe et Afreximbank pour faciliter les paiements transfrontaliers