Mozambique : 400 millions $ débloqués par la Banque mondiale pour la réhabilitation des sections routières

0
474
Banque-mondiale
La Banque mondiale valide un financement de 400 millions $ en faveur du Mozambique pour améliorer la connectivité routière.

La Banque mondiale approuve une subvention de 400 millions $ pour la République du Mozambique. Le montant sera consacré au financement du projet « Des routes plus sûres » pour l’intégration économique du pays.

La Banque mondiale a approuvé un financement de 400 millions $ pour le Mozambique. Le financement provient de l’Association internationale de développement (IDA). Il servira à soutenir le projet Des routes plus sûres pour l’intégration économique du Mozambique. L’objectif est d’améliorer la connectivité routière, la sécurité et la résilience climatique. Le projet favorisera également une plus grande inclusion sociale dans les zones concernées, indique un communiqué de la Banque mondiale.

Réhabilitation des sections routières

« Les routes sont essentielles à l’activité économique, à la croissance, à l’inclusion sociale et à la réduction de la pauvreté », a déclaré Idah Z. Pswarayi-Riddihough, directrice nationale de la Banque mondiale pour le Mozambique, Madagascar, les Comores, Maurice et les Seychelles. La grande partie du financement sera consacré à la conception et la réhabilitation de routes plus sûres et plus résistantes au climat. Cela inclut l’amélioration et l’entretien des routes, notamment des sections routières prioritaires du corridor nord-sud N1.

Le projet prévoit la réhabilitation des tronçons de routes, couvrant 508 kilomètres. Il s’agit des sections Metoro-Pemba dans la province de Cabo Delgado, Gorongosa-Caia Lot 1, Gorongosa-Caia Lot 2 et Inchope-Gorongosa dans la province de Sofala. Dans la province de Zambezia, les sections Chimuara-Nicoadala Lot 1 et Chimuara-Nicoadala Lot 2 seront réhabilités.

Lire aussi : La Banque mondiale fournira 300 millions $ au Mozambique

Soutenir les réformes du secteur routier

Le soutien de la Banque mondiale permettra aussi de promouvoir l’engagement communautaire et l’autonomisation des femmes. Il améliorera la gestion de la sécurité routière et le développement institutionnel. « Le projet soutiendra également les réformes du secteur routier visant à améliorer la sécurité routière, à mieux préserver et gérer le patrimoine routier, à améliorer les mécanismes de financement du secteur routier et à renforcer la préparation aux catastrophes naturelles », a déclaré Nargis Ryskulova, spécialiste principale des transports à la Banque mondiale et responsable du projet.

 Le projet fait partie d’une approche programmatique multiphase (MPA) approuvé par le conseil d’administration de la Banque mondiale. Ce programme met à disposition une enveloppe de 850 millions $ en faveur du secteur routier du Mozambique. Ce programme durera dix ans, indique Nargis Ryskulova.

Lire aussi : La Banque mondiale promeut une croissance économique inclusive et durable au Mozambique