Mozambique : utilisation de l’intelligence artificielle dans les prisons pour lutter contre la tuberculose

0
223
Illustration IA de lutte contre la tuberculose
Au sein d'une prison de Mozambique, un programme d'IA s'affiche comme un outil crucial dans la détection de la tuberculose.

Au Mozambique, un pays regroupant près de 32 millions d’habitants, enregistre 120 000 cas de tuberculose, dont un quart se situait en Afrique en 2022 selon l’OMS. L’organisation précise que les prisons surchargées constituent un foyer de tuberculose, la deuxième maladie transmissible la plus mortelle au monde après le Covid. Des progrès prometteurs ont été observés dans une prison de sécurité maximale à Maputo.

Utilisation novatrice de la technologie dans la détection de la tuberculose

Dans cette prison, un programme d’intelligence artificielle (IA) émerge comme un outil crucial dans la détection de la tuberculose. Un détenu, habillé d’un tee-shirt orange se positionne devant une grande tablette blanche fixée au mur. Un infirmier, derrière ce dernier, active un appareil portable à rayons X connecté à un logiciel d’IA. Cela représente une avancée révolutionnaire dans la lutte contre cette maladie infectieuse qui cible principalement les poumons.

Lire aussi : Tuberculose multirésistante : Présentation de nouvelles options de traitement

Analyse instantanée et précise des résultats des radiographies pulmonaires

Le programme d’intelligence artificielle favorise l’analyse instantanée et avec précision des résultats des radiographies pulmonaires. De ce fait, le recours à l’expertise directe d’un médecin est éliminé. Cette technologie novatrice permet d’interpréter rapidement les données radiologiques. Cela facilite le dépistage précoce de la tuberculose sans l’appui d’un spécialiste pour l’intervention.

Détection précoce de la tuberculose

Cette initiative représente une lueur d’espoir significative pour améliorer la détection précoce de la tuberculose, notamment dans les zones où l’accès à des ressources médicales spécialisées est limité, comme dans les prisons. En diminuant la nécessité d’une expertise médicale directe pour l’interprétation des radiographies, cette technologie occupe une place importante dans la prévention et la gestion de cette maladie infectieuse grave.

Lire aussi : Afrique : Le nombre de décès dus à la tuberculose pourrait être réduit de 35 % (OMS)