Le Nigeria a consacré 80 % de ses recettes au service de la dette en 2022

0
503
Zainab-Ahmed
La ministre nigériane des Finances, Zainab Ahmed

La baisse de la production pétrolière et les subventions coûteuses à l’essence ont limité les recettes publiques du pays l’année dernière.

Au Nigeria, l’administration du président Muhammadu Buhari a alloué 5 200 milliards de nairas (11,3 milliards $) au service de la dette entre janvier et novembre 2022. 6 500 milliards de nairas de recettes ont été générées par le pays durant la même période, a déclaré la ministre des Finances, Zainab Ahmed.

La faible production de pétrole et les subventions coûteuses à l’essence ont limité les recettes publiques du pays l’année dernière. Les dépenses du Nigeria de janvier à novembre s’élevaient à 12 900 milliards de nairas, soit près du double de ses recettes. Plus de 90 % du déficit a été financé par des emprunts locaux.

« Les risques budgétaires sont quelque peu élevés, suite à des performances économiques nationales plus faibles que prévu et à des problèmes structurels ayant un impact négatif sur l’économie nationale », a déclaré la ministre des Finances. Elle a affirmé que le gouvernement s’engagerait à stimuler l’entrée des recettes et à ramener les paiements de la dette à 60 % des revenus.

Lire aussi : Nigeria : 7,5 milliards $ alloués aux subventions sur l’essence jusqu’à la mi-2023

Stimuler la production pétrolière

Le gouvernement nigérian entend adopter des mesures pour booster la production pétrolière du pays en 2023. « Nous allons intensifier nos efforts de mobilisation des recettes et intensifier les efforts actuels vers la réalisation de nos objectifs de production et d’exportation de pétrole brut », a déclaré Zainab Ahmed.

Notons que le budget validé par le Parlement nigérian pour l’année 2023 est estimé à environ 20 500 milliards de nairas (45 milliards $), soit une hausse de 19 % par rapport à l’exercice précédent. Selon le gouvernement, ces fonds serviront à financer les « grands défis » auxquels est confronté le pays, ainsi que les « réformes nécessaires pour y faire face ».

Lire aussi : Le Nigeria veut vendre 5 centrales électriques pour combler son déficit budgétaire