fbpx
30.9 C
Cotonou
mardi 10, janvier 2023

Nigéria : les populations se tournent vers les combustibles fossiles en raison de la flambée des prix du gaz

Les Nigérians ont de plus en plus recours à l’utilisation du bois de chauffe et du charbon pour la cuisson. Les prix du gaz connaissent une hausse sans précédent depuis plusieurs mois.

Le Nigéria fait face depuis quelques mois à une baisse des importations de gaz de pétrole liquéfié (GPL). Ces importations représentent près de 65 % du marché de gaz, selon l’Association nigériane des commerçants de gaz de pétrole liquéfié (NALPGAM). En conséquence, une bouteille de 12,5 kilogrammes coûte désormais jusqu’à 10 200 nairas, soit environ 25 $.

Cette flambée a poussé les Nigérians à revenir à l’utilisation du kérosène, du charbon et du bois de chauffe. Pourtant, l’utilisation de ces combustibles comporte des « implications évidentes pour la santé et l’environnement », a déclaré la NALPGAM dans une lettre ouverte aux autorités.

D’après la structure, la baisse des importations s’explique par des difficultés d’accès aux devises étrangères, la hausse des prix internationaux du gaz et une anticipation sur les taxes et les droits de douane. En attendant, les prix continuent de grimper « sans aucun signe annonciateur d’une baisse » indique la NALPGAM.

Une ressource mal exploitée

Alors que le Nigéria est le plus grand producteur pétrolier d’Afrique, la majeure partie de sa production de gaz est brûlée ou réinjectée dans des puits. Ceci se justifie par le manque d’infrastructures pour exploiter convenablement la ressource. Seule 17 % de la population nigériane cuisine au gaz, la majorité des ménages utilisant du bois de chauffe ou du charbon. 

La semaine dernière, le président nigérian Muhammadu Buhari a plaidé en faveur d’un financement international des « carburants de transition », tels que le gaz. Ce financement devrait aider des pays comme le Nigeria à se diriger vers les énergies renouvelables. Le gaz « sera essentiel pour relever le défi de la cuisson propre et réduire la déforestation », avait déclaré le président nigérian.

Lire aussi : Le gaz naturel est la clé de la sécurité énergétique du continent, selon le président de la BAD