Nigéria : Shell fait appel d’une sentence de 2 milliards $ dans une affaire de pollution

0
705
Shell fait appel car selon les dirigeants,aucune enquête n'a été faite au préalable pour confirmer la présence de fuite au niveau des canalisations.

La compagnie pétrolière Shell comparaîtra ce 25 janvier devant la cour d’appel de la ville d’Owerri, au Nigéria. Elle sera entendue dans une affaire de pollution, devant lui coûter 2 milliards $.

Un tribunal nigérian entendra sous peu l’appel de la compagnie pétrolière Shell. Cette dernière a été condamnée à verser près de 2 milliards $ de dommages et intérêts, pour avoir pollué la localité d’Ejalawa, au sud du pays. Un pipeline de l’entreprise aurait fuité, endommageant les terres et les voies navigables de la région.

La sentence, en date de novembre 2020, vient d’être contestée par le géant pétrolier. Il sera entendu par la cour d’appel fédéral de la ville d’Owerri, ce 25 janvier.

Un incident qui remonte à deux ans

Des agriculteurs de la communauté d’Ejalawa, dans le sud de l’État de Rivers, ont lancé une procédure contre Shell en janvier 2020. À l’issue des audiences, un juge fédéral a reconnu qu’une conduite d’écoulement abandonnée appartenant à Shell avait commencé à déverser du « pétrole brut ». Cette fuite aurait alors endommagé le milieu environnant.

Le tribunal a déclaré que les 88 plaignants avaient droit à 800 milliards de nairas, soit 1,92 milliard $ d’indemnisation. Cette somme est beaucoup plus importante que tous les dommages-intérêts précédemment accordés par les tribunaux nigérians aux victimes de ce type d’incidents. « Je suis convaincu que le montant de l’indemnisation réclamée résulte des dommages colossaux causés aux terres des plaignants », avait écrit le juge Tijjani Ringim dans sa décision de novembre 2020.

Lire aussi : Nigéria : Shell versera 111 millions $ pour régler un litige

Cependant, Shell nie une quelconque fuite aux dates présumées et affirme que l’allégation à son encontre est « non fondée, vague et exagérée ». La société soutient que le juge ne devrait pas accorder de dommages-intérêts, car plusieurs étapes requises, telles qu’une enquête sur la fuite et l’évaluation des dégâts, n’ont pas été effectuées.