fbpx
29.9 C
Cotonou
mardi 29, novembre 2022

Une nouvelle étude considère l’oléoduc d’Afrique de l’Est comme une bombe à carbone

À lire absolument

Une nouvelle étude montre que l’oléoduc d’Afrique de l’Est (EACOP), reliant l’Ouganda et la Tanzanie, produira de grandes quantités de dioxyde de carbone. Des experts estiment que le projet émettra 379 millions de tonnes de CO2, soit 25 fois les émissions annuelles combinées des deux pays concernés.

Selon la nouvelle étude de Climate Accountability Institute (CAI), l’oléoduc d’Afrique de l’Est (EACOP) en construction entre l’Ouganda et la Tanzanie aura un impact négatif sur l’environnement. Le projet entrainera des émissions de 379 millions de tonnes de CO2. Cette quantité représente plus de 25 fois les émissions annuelles combinées de l’Ouganda et de la Tanzanie. L’infrastructure est développée par la société pétrolière française TotalEnergies et la China National Offshore Oil Corporation (CNOOC).

Des études environnementales préalables incomplètes

L’EACOP transportera le pétrole foré dans un parc national ougandais riche en biodiversité sur plus 1400 kilomètres jusqu’au port de Tanga en Tanzanie pour l’exporter, explique The Guardian. Le consortium EACOP avait réalisé des études environnementales qui tiennent seulement compte de la construction et de l’exploitation de l’oléoduc. Ces études ont été approuvées par les gouvernements des deux pays.

LIRE AUSSI  L'autoroute Abidjan-Lagos assurera 75 % des échanges commerciaux en Afrique de l'Ouest (BAD)

Toutefois, la nouvelle étude de la CAI révèle que la construction et l’exploitation ne représentent que 1,8 % des émissions totales du projet. En effet, l’étude prend en compte le transport à l’étranger et la combustion des 848 millions de barils de pétrole par les utilisateurs finaux. L’étude a également considéré la durée de vie de 25 ans du projet et le raffinage en Europe et en Chine.

LIRE AUSSI  Un groupe d’assureurs s’engage à ne pas couvrir la réalisation du projet d’oléoduc est-africain

L’EACOP considéré comme une bombe à carbone

L’analyse montre que les émissions seraient plus du double de celles de l’Ouganda et de la Tanzanie en 2020, au cours des années de pic pétrolier. Selon la CAI, l’EACOP est une « bombe à carbone de taille moyenne ». Cet oléoduc et les champs pétrolifères associés en Ouganda sont une bombe climatique que l’on camoufle en tant qu’outil économique pour l’Ouganda et la Tanzanie, ajoute Omar Elmawi, coordinateur de la campagne Stop EACOP.

Lire aussi : L’Afrique veut défendre l’utilisation des combustibles fossiles lors de la COP27

TotalEnergies invités à abandonner le projet

Des manifestants demandant l’arrêt du projet Eacop .

« Il est temps pour TotalEnergies d’abandonner le monstrueux EACOP qui promet d’aggraver la crise climatique, de gaspiller des milliards de dollars qui pourraient être utilisés à bon escient, de semer la pagaille dans les établissements humains et la faune sauvage le long du trajet du pipeline », a déclaré Richard Heede, de la CAI.

Cependant, TotalEnergies soutient que les évaluations environnementales sont conformes aux réglementations nationales. Selon la société, une analyse actualisée, incluant l’utilisation du pétrole, a également été réalisée. Près de 24 banques et 18 compagnies d’assurance se sont désengagés à financer l’EACOP.

LIRE AUSSI  PAM: près de 60 millions de personnes subissent une grave crise alimentaire en Afrique de l’Est

Les combustibles fossiles pour développer les économies africaines ?

Les pays africains, dont l’Ouganda, font valoir que les combustibles fossiles les aideraient à développer leur économie, comme l’ont fait les pays riches. Cette ambition des pays africains sera probablement discutée lors de la COP27 le mois prochain. L’année dernière, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a annoncé que le monde devrait cesser de construire de nouveaux projets pétroliers et gaziers pour espérer atteindre l’objectif de 1,5 °C.

LIRE AUSSI  L’Afrique de l’Est veut interdire l’importation des déchets électroniques

Lire aussi : Le monde compte 425 grands projets d’énergies fossiles capables de compromettre la lutte contre le changement climatique

À la une