L’OMVS annonce un projet de 847 millions $ pour restaurer la navigabilité du fleuve Sénégal

0
716
Fleuve Sénégal navigation
L'OMVS initie un projet de 847 millions $ destiné à restaurer la navigabilité du fleuve Sénégal au Sénégal, au Mali et en Mauritanie.

L’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) présente un projet évalué à près de 847 millions $. L’initiative est destinée à restaurer la navigabilité du fleuve Sénégal.

L’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) a présenté un projet destiné à restaurer la navigabilité du fleuve Sénégal. Le projet, d’un montant de 847 millions $, permettra de rendre le fleuve Sénégal plus navigable de Saint-Louis, au Sénégal, à Ambidédi, au Mali. Les travaux seront réalisés par la Société de gestion et d’exploitation de la navigation sur le fleuve Sénégal (SOGENAV). L’initiative a été présentée à l’occasion de la célébration du 51ème anniversaire de l’OMVS.

Lire aussi : Le Sénégal et la Mauritanie bientôt reliés par un pont

Assurer le transport des biens et des personnes sur le fleuve Sénégal

Le projet comprend le dragage, le balisage du fleuve et l’aménagement des points d’escale existants, explique Mohamed Abdel Vetah, Haut-Commissaire de l’OMVS. « Ce projet rendra au fleuve Sénégal sa vocation naturelle de transport, de poumon culturel et économique », a déclaré Ahmadou Diallo, directeur général de la SOGENAV. Pour lui, le projet permettra de rentabiliser les investissements et de promouvoir le tourisme dans le bassin du fleuve Sénégal.

Il prévoit la construction d’infrastructures fluviales et routières complémentaires pour faciliter le transport des biens et des personnes sur le fleuve Sénégal. « La navigation est le moyen de transport de masse le moins coûteux. Elle permet de donner une meilleure rentabilité des activités fluviales des pays membres de l’OMVS en renforçant leur complémentarité », explique Ahmadou Diallo.

La première phase du projet n’inclut pas la Guinée

L’OMVS est composée de quatre pays membres : Guinée, Mali, Mauritanie et Sénégal. La première phase du projet concernera le Sénégal, le Mali et la Mauritanie. D’après Sud Quotidien, la Guinée n’est pas incluse dans cette première phase en raison de contraintes naturelles.

Lire aussi : Lancement d’un projet d’électrification au profit de villages du Sénégal, du Mali et de la Mauritanie