Afrique de l’Ouest : Entre 300 et 600 millions $ nécessaires pour assurer la résilience climatique

0
547
Agriculture-en-terre-aride
Le Parlement de la CEDEAO a appelé la semaine dernière les pays membres à déclarer l'état d'urgence alimentaire.

Le Parlement de la CEDEAO appelle les pays à déclarer l’état d’urgence alimentaire. Dans cette région, près de 40 millions de personnes sont menacées par l’insécurité alimentaire.

Face à la menace d’insécurité alimentaire, le Parlement de la CEDEAO a appelé la semaine dernière les pays membres à déclarer l’état d’urgence alimentaire. Les gouvernements sont également invités à mobiliser des fonds pour la mise en œuvre de mesures de résilience climatique et environnementale dans l’espace communautaire. La mise en œuvre de ce projet nécessitera un investissement compris entre 300 et 600 millions $.

40 millions de personnes menacées par l’insécurité alimentaire

En Afrique de l’Ouest, le manque d’engrais pourrait entraîner une baisse de 20 % de la production céréalière sur la période 2021-2022, rapporte Africa24. Dans la région, près de 40 millions de personnes sont menacées par l’insécurité alimentaire. Pour faire face à cette situation, le Parlement de la CEDEAO exhorte les gouvernements à mobiliser des fonds pour créer des banques de développement agricole.

Lire aussi : La Banque mondiale débloque 315 millions $ pour soutenir la résilience des systèmes alimentaires en Afrique de l’Ouest

En outre, les États membres de la communauté devraient allouer 10 % de leur budget au secteur agricole. « La plupart des pays n’ont pas atteint l’objectif d’augmenter le budget à 10 % pour l’agriculture. Plus de 6 milliards de notre argent sont retournés en Russie et en Ukraine pour les engrais et le blé. Nous pouvons les produire ici en commençant par investir dans des instituts de recherche, encourageons l’implication du secteur privé et l’ensemble de la chaîne de valeur à développer l’agriculture », rapporte Africa24, citant Josephine George Francis, présidente de l’Union des agriculteurs.

Lire aussi: La Banque mondiale annonce un financement supplémentaire de 1,5 milliard $ pour le secteur agricole africain d’ici 2024

Proposer une stratégie innovante pour mobiliser des fonds

Selon Massandje Toure Lintse, commissaire aux affaires économiques et à l’agriculture de la CEDEAO, l’ambition de la région est de construire une communauté pleinement intégrée vivant dans la stabilité et la paix. L’objectif est de garantir le droit à un environnement sain et à une alimentation équilibrée en termes de qualité et de quantité aux populations. Ainsi, le parlement régional invite la Commission de la CEDEAO à proposer une stratégie innovante de mobilisation des fonds. Ces financements serviront pour la mise en œuvre d’initiatives liées au changement climatique afin d’améliorer la production agricole durable.

Lire aussi : Oxfam appelle les États d’Afrique de l’Ouest à investir davantage dans les exploitations agricoles familiales