Plus de 2,5 millions de personnes déplacées enregistrées au cours de la dernière décennie au Sahel

0
805
La fréquence des violences dans le Sahel oblige les gens à fuir leur foyer. Il y a aussi d'autres facteurs tels que les changements climatiques et la pandémie de COVID-19.

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés indique que plus de 2,5 millions de personnes se sont déplacées au Sahel au cours de la dernière décennie. Ces déplacements sont dus à l’augmentation des attaques violentes dans la région. L’agence onusienne appelle à une action internationale pour aider les personnes déplacées.

Plus de 2,5 millions de personnes ont été déplacées entre 2013 et 2021, selon l’agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Le nombre de personnes ayant fui leur foyer a été multiplié par dix depuis 2013. En 2021, plus de 500 000 personnes ont été déplacées, indique l’agence. Cette situation est causée par la multiplication des crises.

Augmentation des attaques violentes dans le Sahel

« Une recrudescence d’attaques violentes dans toute la région a entraîné le déplacement de près de 500.000 personnes » en 2021, indique le HCR. L’année dernière, plus de 800 attaques ont eu lieu. Cela a contribué à l’augmentation du nombre de personnes déplacées. En outre, l’augmentation des déplacements est due à « l’insécurité aggravée par l’extrême pauvreté, la pandémie de Covid-19 et l’aggravation de la crise climatique », a déclaré à DW Abdou Raouf Gnon-Konde, représentant du HCR au Burkina Faso.

Lire aussi: Plus de 30 millions de Sahéliens auront besoin d’aide et de protection en 2022 (OCHA)

Une situation plus critique au Burkina Faso

Le Burkina Faso est le pays qui a connu le plus grand nombre de personnes déplacées au cours de cette décennie, rapporte DW. Selon le HCR, près de 60 % des personnes déplacées sont des Burkinabais. Le pays d’Afrique de l’Ouest compte plus de 1,5 million de personnes déplacées. Il est beaucoup plus touché en raison de l’augmentation des attaques. La semaine dernière, plus de 10 civils ont été tués dans une attaque djihadiste dans le pays. L’attaque a eu lieu dans le village de Namssiguian, dans la province de Bamau, au Nord du pays.

Le Mali et le Niger connaissent également des déplacements internes. Au Mali, « plus de 400 000 personnes sont déplacées à l’intérieur du pays, soit une augmentation de 30% par rapport à l’année précédente », a déclaré Abdou Raouf Gnon-Konde. En outre, les déplacements ont augmenté dans les régions de Tillabéry et Tahoua au Niger. 

Lire aussi: Le Danemark soutient l’accès à l’eau dans le Sahel et la Corne de l’Afrique

Appel au soutien de la population

Le HCR lance un appel au soutien de la communauté internationale pour aider les personnes affectées. L’agence aura besoin d’un soutien financier de 307 millions $ pour fournir une aide humanitaire efficace au Burkina Faso, au Mali et au Niger. « Les populations nous disent qu’elles ont toujours besoin que l’on puisse rester à leurs côtés pour continuer d’apporter l’appui dans les domaines de l’éducation, l’accès à l’eau potable ou avoir des terres », a déclaré Abdou Raouf Gnon-Konde.