Pour la première fois, les dix crises les plus négligées sont en Afrique (NRC)

0
708
Afrique-crise
Les dix crises les plus négligées dans le monde sont en Afrique, selon un rapport du Conseil norvégien pour les réfugiés.

Pour la première fois, les dix crises les plus négligées dans le monde se situent toutes en Afrique, selon le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC). Cette situation témoigne des effets de la guerre en Ukraine sur le continent.

Le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) a publié hier une liste des dix crises de déplacement les plus négligées dans le monde. Ces dix crises humanitaires se situent toutes en Afrique. Selon le rapport, c’est la première fois que les dix crises se trouvent en Afrique, même si la majorité d’entre elles se situent habituellement sur le continent. En 2020, huit crises sur dix se situaient en Afrique.

Plus de 6,7 millions de personnes déplacées en Afrique

Le classement est basé sur trois critères : le manque de volonté politique de la communauté internationale pour trouver des solutions, la couverture médiatique et le financement des besoins humanitaires. Ce récent rapport « témoigne de l’échec chronique des décideurs, des bailleurs de fonds et des médias à traiter les conflits et la souffrance humaine sur ce continent », a déclaré le secrétaire général du NRC, Jan Egeland.

L’Afrique compte plus de 6,7 millions de personnes déplacées et 1,6 million de réfugiés, rapporte Le Point. Cette situation est le résultat des chocs climatiques, de l’insécurité et de la pandémie de Covid-19. À cela s’ajoute la crise ukrainienne, qui aggrave les effets des crises humanitaires précédentes et la faim.

Lire aussi : Afrique : 140 millions $ mobilisés sur les 14 milliards nécessaires pour faire face aux crises humanitaires

Manque de soutien de la communauté internationale

Selon le rapport, l’Afrique abrite les dix crises de ce classement en raison du « principe de proximité ». Cela signifie que plus les crises ou conflits sont éloignés de l’Occident, moins ils suscitent d’intérêt et d’empathie, rapporte Le Point. À titre d’illustration, le rapport met en avant le cas de la RDC, qui compte 5,5 millions de personnes déplacées (premier du classement). « Il s’agit d’une des pires crises humanitaires de ce siècle, et pourtant ceux qui, à l’intérieur et à l’extérieur de l’Afrique, ont le pouvoir de changer cela, ferment les yeux sur les vagues d’attaques brutales et ciblées contre les civils qui brisent les communautés », souligne le NRC.

Depuis novembre 2021, la région nord-est de la RDC est en proie à des tensions et des conflits intercommunautaires. Toutefois, l’aide apportée au pays cette année-là est estimée à moins d’un dollar par semaine et par personne dans le besoin. L’appel humanitaire a été financé à moins de la moitié. En revanche, « l’appel humanitaire pour l’Ukraine lancé le 1er mars a été presque entièrement financé le jour même, à hauteur de plus de 6 milliards d’euros récoltés lors d’une conférence internationale des donateurs à Varsovie, le 5 mai », rapporte Le Point.

Aggravation de la situation alimentaire en Afrique à cause de la guerre en Ukraine

Le Burkina Faso arrive en deuxième position du classement avec plus de 1,75 million de personnes déplacées. Dans le classement, il est suivi du Cameroun, du Soudan du Sud, du Tchad, du Mali, du Soudan, du Nigeria, du Burundi et de l’Éthiopie. Selon Jan Egeland, le parti pris de la communauté internationale a un coût énorme. « Des vies qui auraient pu être sauvées sont perdues. On laisse les conflits se transformer en crises prolongées et anéantir les espoirs de générations de personnes en un meilleur avenir », a-t-il déclaré.

Dans ces conditions, les pays africains subissent les affres de la guerre en Ukraine, qui se manifeste par l’augmentation du prix du blé et du carburant. Une situation qui aggrave la situation alimentaire de nombreuses personnes sur le continent, notamment les plus pauvres.

Lire aussi : Rapport mondial sur les crises alimentaires : l’insécurité alimentaire gagne du terrain