fbpx
26.3 C
Cotonou
lundi 6, février 2023

Côte d’Ivoire : la production d’ananas a chuté de 79% entre 2000 et 2022

À lire absolument

En Côte d’Ivoire, la production d’ananas a fortement chuté au cours des deux dernières décennies. La production est passée de 238 000 tonnes en 2000 à 50 000 tonnes en 2022.

La Côte d’Ivoire a connu une forte baisse de la production d’ananas depuis 2000. La production du pays est actuellement de 50 000 tonnes, contre 238 000 tonnes en 2000, soit une baisse de 79 %. Les acteurs de la filière et les autorités compétentes se réunissent depuis hier à Abidjan, pour discuter du développement de la chaîne de valeur de l’ananas et de l’amélioration de l’outil de production. Cette réunion s’inscrit dans le cadre du Projet de chaînes de valeur compétitives pour l’emploi et la transformation économique (PCCET).

Lire aussi : Côte d’Ivoire : Le Fonds de l’OPEP fournit 60 millions $ pour promouvoir l’agro-industrie

Baisse des exportations vers le marché européen

La Côte d’Ivoire transforme localement un quart de sa production d’ananas, soit une moyenne de 7 500 tonnes d’ananas. Le pays est le deuxième exportateur africain d’ananas après le Ghana. Ces dernières années, les exportations d’ananas de la Côte d’Ivoire vers le marché européen ont fortement diminué, pour atteindre 30 000 tonnes en 2018, contre 213 000 tonnes. Cette forte baisse est justifiée par le manque de financement et le désintérêt des petits producteurs, rapporte Africa24.

Le manque d’assistance technique aux producteurs

Selon Jérémie Brou Kouadio, agroéconomiste, la filière ananas en Côte d’Ivoire souffre de plusieurs problèmes. Il s’agit notamment des difficultés d’acquisition d’équipements et d’intrants. Cette filière ne dispose pas de programmes de recherche. En outre, la filière ananas est confrontée à une désorganisation, à l’inexistence d’organisations professionnelles et d’équipements agricoles fonctionnels. Pour l’agroéconomiste, les producteurs d’ananas ne bénéficient pas d’une assistance technique. À cela s’ajoute l’absence d’un système de commercialisation.

Le PCCET pour revitaliser le secteur de l’ananas

Grâce au projet de chaînes de valeur compétitives pour l’emploi et la transformation économique (PCCET), les autorités du pays prévoient de rendre le secteur plus compétitif. « Pour ce faire, il faut d’abord passer par la mise à disposition des acteurs du matériel de qualité, mettre en place un programme d’assistance et d’appui en intrant aux producteurs », a déclaré Jérémie Brou Kouadio, cité par Africa24. Pour lui, des actions devront être menées en matière de conseil agricole afin de réduire les coûts de production.

Lire aussi : La BAD et le Japon accordent 224 millions € à la Côte d’Ivoire pour soutenir la production alimentaire

À la une