I&P renforce l’écosystème entrepreneurial africain en accompagnant les structures d’appui à l’entrepreneuriat

0
697
participants
Investisseurs & Partenaires (I&P) a organisé sa rencontre régionale avec les incubateurs d’entreprises du Sahel à Cotonou ce 2 février.

Investisseurs & Partenaires (I&P) a organisé sa rencontre régionale avec les incubateurs d’entreprises du Sahel. L’événement s’est tenu le 2 février dernier à l’hôtel Golden Tulip de Cotonou. Il entre dans le cadre du programme I&P Accélération au Sahel (IPAS) qui accompagne les entrepreneurs de 13 pays de la région.

Le programme a pour objectif de mettre à la disposition des petites et moyennes entreprises (PME) du financement ainsi que les compétences nécessaires pour leur développement. Il appuie également les écosystèmes grâce à un soutien des structures d’appui à l’entrepreneuriat (SAE) qui regroupent les incubateurs, les start-up studios et les accélérateurs d’entreprises. 

Un programme à l’impact visible

 «En trois ans, nous avons financé 87 entreprises dans une dizaine de pays. Ces entreprises représentent 3158 emplois dont 1895 préexistants qui ont été maintenus et 1263 qui ont été créés. Pour illustration, les entreprises que nous accompagnons, si elles avaient 20 employés, en recrutent 15 autres grâce à notre appui» a affirmé Sophie Ménager, la directrice de I&P Accélération au Sahel.

Lire aussi: L’Afrique envisage de créer une banque d’investissement pour soutenir les projets d’entrepreneuriat des jeunes

Dans le cadre de cet appui à l’écosystème, IPAS sélectionne chaque année 10 SAE qui sont formés sur 9 mois à travers du mentorat, de l’e-learning et des rencontres régionales. 22 accompagnateurs d’entreprises, retenus en novembre 2022, participent à cette deuxième édition. 

Ces SAE ont été formés sur la gouvernance et la finance d’entreprises. Elles se sont réunies du 31 janvier au 4 février 2023 pour un partage d’expérience à travers des ateliers pratiques, des tables rondes, un renforcement de leurs capacités, mais aussi pour rencontrer des investisseurs. 

Le programme bénéficie également de l’appui des partenaires au développement dont l’Union européenne. «L’appui au secteur privé est devenu progressivement une priorité de l’Union européenne dans un monde où l’investissement, le commerce, la formation professionnelle et le digital deviennent de réelles opportunités pour la création pour les jeunes d’emplois inclusifs et durables» a confirmé Juan Luis Barbolla Casa, le chef de l’équipe Gouvernance et économie de la délégation de l’Union européenne au Bénin. 

Lors de cette rencontre régionale, les participants ont découvert la méthodologie SCALE qui recense les bonnes pratiques qui devront permettre aux SAE d’atteindre leurs objectifs. Cette méthodologie a été conçue par la fondation Argidius et la formation a été donnée par la consultante Mathilde Jacquemin.

Lire aussi: La BOAD s’associe à la BPI pour financer l’entrepreneuriat dans la zone UEMOA 

Des pistes identifiées pour améliorer l’offre des SAE

«C’est une belle expérience tant au niveau de l’organisation que du contenu. Nous avons rencontré des personnes avec qui nous avons créé de bonnes synergies. Notre objectif à Etrilabs est d’accompagner les entreprises vers l’excellence et l’innovation. En nous formant sur le volet financier, IPAS complète notre expertise technique et nous permet d’atteindre cet objectif. routes les parties y gagnent: les entreprises, les SAE et les potentiels investisseurs» s’est réjoui Awa Sarr, Senior Adviser à Etrilabs, l’un des bénéficiaires du programme. 

Des experts, des entreprises et des bailleurs de fonds ont également participé à une table ronde autour du thème:Comment concrétiser le potentiel des structures d’appui à l’entreprenariat?  Au cours de la discussion, les difficultés rencontrées par les SAE ont été abordés, ainsi que les différents leviers de renforcement de leur action. Entre autres solutions proposées figurent la création de structures faîtières et une meilleure collaboration entre les SAE.  L’adoption d’une logique entrepreneuriale au sein des structures d’accompagnement et la mise en place d’offres différenciées pour les entreprises ont également été évoquées comme alternatives pour des SAE plus performantes.

Lire aussi: Bénin : 16,95 millions $ du Canada pour stimuler l’emploi des jeunes