Quantel lance la construction d’une ferme solaire de 65 millions $ au Malawi

0
626
Cérémonie de lancement des travaux

Le fournisseur d’énergies renouvelables Quantel a lancé les travaux de construction d’une ferme solaire de 65 millions $ au Malawi.

Quantel Renewable Energy a entamé la construction d’une ferme solaire de 50 mégawatts dans le village de Bwengu, au nord du Malawi. Une fois achevé, le projet pourra générer jusqu’à 65 mégawatt-crêtes d’énergie par an. L’énergie produite sera revendue à l’ESCOM, la compagnie nationale d’électricité du pays.

Près de 105 hectares de terres ont été allouées au projet par le gouvernement. Son coût global est estimé à près de 65 millions $. Les travaux de pré-construction sur le site devraient être achevés au plus tard d’ici la fin de l’année.

Lire aussi : Afrique : 600 millions de personnes n’ont pas accès à l’électricité, selon la CEA

« L’énergie est un déterminant majeur de la qualité de vie. Une couverture énergétique insuffisante affecte l’économie et la vie des gens. Nous avons besoin d’une alimentation de secours provenant d’autres sources car l’hydroélectricité est constamment affectée par le changement climatique. Ce projet doit se concrétiser dans les délais impartis », a déclaré Joseph Kalowekamo, directeur adjoint du département de l’Energie, au ministère des Ressources naturelles, de l’Énergie et des Mines.

Quantel s’est associée à deux autres sociétés pour la mise en œuvre du projet. Il s’agit de l’entreprise sri-lankaise Vidullanka et du danois Frontier Energy. Le désir du trio d’investir au Malawi a été motivé par la demande croissante d’énergie dans le pays. Celle-ci est propulsée notamment par la croissance démographique rapide et les besoins d’industrialisation, selon les sociétés.

Lire aussi : Afrique : la BEI octroie 340 millions € pour le financement de projets  »verts »

Notons que le Malawi a signé plus de 80 accords d’achat d’électricité avec des entreprises privées depuis 2018. Mais seuls trois , parmis eux, sont opérationnels. Le pays espère diversifier son mix énergétique, actuellement dominé à 98% par l’hydroélectricité.