Paludisme : Un traitement efficace à 88 % expérimenté au Mali

0
653
Traitement antipaludéen
Des scientifiques américains ont expérimenté au Mali, un nouveau traitement efficace à 88 % contre le paludisme.

Les patients ayant participé à l’expérimentation ont joui d’une protection de 6 mois. Les scientifiques cherchent maintenant à faciliter la thérapie pour la rendre accessible au plus grand nombre.

Des chercheurs américains ont expérimenté un nouveau traitement antipaludéen dans les villages de Kalifabougou et de Torodo au Mali. L’étude a été menée en collaboration avec des scientifiques maliens et a porté sur 330 adultes répartis en différents groupes. Certains ont reçu une perfusion factice. D’autres se sont fait administrer une injection d’anticorps antipaludiques, soit à faible ou forte dose.

Les résultats ont révélé qu’à forte dose, le médicament était efficace à 88 % contre 75 % à faible dose. La protection fournie par l’injection pouvait durer 6 mois. Les chercheurs en ont conclu qu’elle pouvait aider à prévenir le paludisme, tout au moins pendant la saison où la maladie sévit le plus en Afrique.

Lire aussi : Le Cameroun distribue 109 860 médicaments contre le paludisme

Une alternative plus efficace au vaccin…

Le médicament expérimenté par les scientifiques américains s’administre par voie intraveineuse. Les anticorps contenus dans le produit ont été fabriqués en laboratoire à partir d’une souche prélevée chez une personne vaccinée. Leur mode d’action consiste à briser le cycle de vie du parasite avant qu’il ne pénètre le foie où il peut mûrir et se multiplier. L’étude menée par ces scientifiques a par ailleurs permis de découvrir que les villageois maliens sont piqués, en moyenne, deux fois par jour par des moustiques infectés.

Pour l’instant, le vaccin validé par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour la protection des enfants nécessite quatre doses et n’est efficace qu’à environ 30 %. « Le vaccin disponible ne protège pas suffisamment de personnes » a déclaré le Dr Kassoum Kayentao, chercheur malien cité par l’Associated Press. Les scientifiques américains projettent de développer une autre version du nouveau médicament qui sera plus facile à administrer. Ils entendent également étendre son utilisation aux nourrissons et aux enfants.

Lire aussi : L’ONU mobilise 14,2 milliards $ pour la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme
Fidèle DJIMADJA