Sécurité alimentaire au Nigeria : plus de 1 000 agriculteurs impactés par le projet Seed for Resilience

0
123
Nigeria agriculture
Le projet Seed for Resillience qui vise à lutter contre le changement climatique, a profité à plus de 1 000 agriculteurs nigérians.

Au Nigeria, le projet Seed for Resillience a profité à plus de 1 000 agriculteurs à Ibadan, dans l’État d’Oyo. Il est conjointement dirigé par Crop Diversity Trust (Crop Trust) et le Centre national pour les ressources génétiques et la biotechnologie (NACGRAB). Ce projet vise à lutter contre le changement climatique et à garantir la sécurité alimentaire.

Un meilleur rendement

Dans la sélection de la variété appropriée de semences à cultiver, les agriculteurs ont été accompagnés par le Groupe des utilisateurs de matériel génétique (GUG). Ils ont bénéficié des conseils pour des cultures telles que le sorgho, le niébé et d’autres cultures liées au changement climatique. Cette orientation permettra d’obtenir un meilleur rendement.

« Au cours des trois dernières années, nous avons a engagé les agriculteurs des États d’Oyo, du Niger et de Kano en ce qui concerne la diversité des semences conservées dans la banque de gènes afin que les agriculteurs y aient accès et en fassent bon usage pour leur production », a souligné le chef d’activité du projet, le Dr Bisi Alamu, dans une interview accordée au Nigerian Tribune après une réunion technique du groupe de travail technique (GTT).

Lire aussi : Nigéria : le gouvernement appelle à l’allocation de terres pour stimuler l’agriculture irriguée

Plus de 1 000 agriculteurs touchés

Par ailleurs, aux États-Unis, le Dr Bisi Alamu a précisé qu’ils disposent de 49 groupes de clusters et pendant ces trois dernières années, le projet a profité à plus de 1 000 agriculteurs. Concernant la diversité des semences exposées aux agriculteurs, certaines d’entre elles ont été largement adoptées par les agriculteurs. Certaines sont dotées de bonnes qualités comme une variété à maturité précoce, à un rendement élevé, entre autres.

En 2023, les agriculteurs ont multiplié les semences qu’ils avaient sélectionnées. Ceux-ci, après la multiplication des semences sont prêts à les partager avec d’autres agriculteurs. L’objectif est d’améliorer l’utilisation du matériel conservé dans la banque de gènes. Ce projet est mis en œuvre dans cinq pays africains à savoir le Nigeria, le Ghana, le Kenya, la Zambie et l’Éthiopie.