Le gouvernement sénégalais décaisse 85 milliards de francs CFA pour renforcer son agriculture

0
523
Macky-sall
Macky Sall mécanise l'agriculture au Sénégal.

Le président de la République sénégalaise a lancé il y a quelques jours un programme à hauteur de 85 milliards de francs CFA pour renforcer le secteur agricole. Le programme va permettre au Sénégal de se doter de près de 3.000 unités motorisées.

Le matériel motorisé sera constitué de tracteurs, de batteuses multicultures, de moissonneuses – batteuses et de matériel de traitement. Des chambres frigorifiques pour la conservation de produits horticoles et des magasins de stockage d’intrants agricoles seront également acquis. Le programme initié par le chef de l’État sénégalais s’inscrit dans une démarche de dynamisation du secteur agricole. Cet investissement traduit d’ailleurs « la priorité que le gouvernement accorde à la modernisation du secteur agricole ». Afin de tirer plein profit du matériel moderne, Macky Sall a recommandé aux populations de renoncer aux anciennes pratiques agricoles. Il les a invités à s’acclimater à la « mécanisation », qui confère plus « d’attractivité au métier d’agriculteur ». Par ailleurs, le président sénégalais a annoncé une « subvention de 60 à 80% pour l’acquisition » du matériel.

Lire aussi : Sénégal : Cicodev Afrique veut créer une taxe parafiscale sur les produits tabagiques

Une acquisition de matériel stratégique

Au-delà de l’aspect modernisation, la mécanisation du secteur agricole va permettre au Sénégal de s’affranchir des « aléas du commerce international ». Grâce au programme mis en place par le gouvernement, la production agricole va connaître une augmentation. Il va entraîner également « la réduction des pertes post-récoltes à travers des magasins de stockage et d’entrepôts de conservation ». Le président Macky Sall a parallèlement soulevé la problématique de la maîtrise de l’eau à travers l’irrigation. Il a instruit à ce propos le ministre de l’Agriculture de veiller davantage à « l’atteinte des cibles » du projet et d’assurer la « maintenance » du matériel. « On ne peut pas engager de lourds investissements et après laisser les machines dépérir avant d’arriver à terme, faute d’entretien » a-t-il déclaré.

Lire aussi : Sénégal : Plus de 106 millions $ pour construire quatre lycées professionnels agricoles