Gambie : 70 enfants décédés à cause de sirop contre la toux fabriqués par Maiden Pharmaceuticals Ltd

0
544

C’est ce qui ressort du rapport établi par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) d’Amérique. Les sirops administrés aux enfants pour lutter contre la toux, les auraient tués, à cause d’une lésion rénale aiguë.

Au mois d’octobre dernier, l’Organisation Mondiale de la Santé avait alerté sur la toxicité élevée de diéthylène et d’éthylène glycol dans quatre sirops contre la toux fabriqués par Maiden Pharmaceuticals Ltd en Inde. L’OMS avait alors demandé que les sirops concernés soient retirés des chaînes de distribution. Une autre enquête menée dans ce sens a confirmé les présomptions de l’OMS. Les sirops fabriqués avaient un taux de toxicité relativement élevé pour des enfants. La consommation de ces produits a entraîné des lésions rénales chez 78 petits Gambiens. Du mois de juin à aujourd’hui, 70 de ces enfants ont perdu la vie. Ils avaient une moyenne d’âge en dessous de deux ans.

Lire aussi: Gambie : les médicaments indiens devront être soumis à un contrôle avant leur importation

Ces conclusions du CDC rejoignent ceux de l’OMS qui avait demandé le retrait de ces médicaments du marché en octobre 2022. Le nombre de décès s’élevait alors à 66 enfants.

Maiden Pharmaceuticals Ltd n’a pas reconnu les accusations portées contre elles. Reuters rapporte que le gouvernement indien a déclaré que “ les sirops n’avaient montré aucune contamination lorsqu’il les avait testés ”. Les activités de l’usine avaient toutefois été interrompues en Octobre.

Lire aussi : Des sirops de Maiden Pharmaceuticals soupçonnés d’avoir tué 66 enfants en Gambie

Un mal qui prend progressivement de l’ampleur

Le New England Journal of Medicine a également étudié la situation en se basant sur les dossiers médicaux des défunts. Des échanges ont également été effectués avec les parents et les médecins des victimes pour essayer de circonscrire les causes des différents décès enregistrés. Le New England Journal of Medicine a conclu que la maladie ne s’est pas propagée aux adultes. Il s’agit effectivement donc d’une toxine et pas d’un pathogène infectieux. Il faut souligner que par le passé, plusieurs pays ont été confrontés à ce genre de situation dont le Nigéria et Haïti.

La différence était que les produits soupçonnés étaient fabriqués localement.  » Cet événement d’empoisonnement probable met en évidence les risques potentiels pour la santé publique posés par la gestion inadéquate de la qualité des exportations pharmaceutiques  » indique le rapport du CDC. Pour rappel, l’Indonésie a déjà enregistré 201 décès d’enfants pour une situation pareille. L’Ouzbékistan en a enregistré 19.

Lire aussi : Le Bénin interdit la commercialisation de deux médicaments fabriqués par Marion Biotech