Soudan : 15 attaques contre des établissements et des personnels de santé en deux mois

0
690
Dr Al-Mandhari, directeur de l’OMS pour la Méditerranée orientale

Avec l’escalade de la crise au Soudan, 15 attaques contre des agents de santé et des établissements de santé ont été signalées depuis novembre dernier. L’information a été rapportée mercredi par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Au Soudan, au mois 15 attaques ont été perpétrées contre des agents et des infrastructures de santé ces deux derniers mois. « La plupart de ces attaques ont été commises contre des travailleurs de la santé sous la forme d’agressions physiques, d’obstructions, de fouilles violentes et de menaces psychologiques et d’intimidation connexes », a déclaré le Dr Al-Mandhari, directeur de l’OMS pour la Méditerranée orientale.

« Ces attaques ciblées contre les personnels de santé, les patients et les établissements constituent une violation flagrante du droit international humanitaire et doivent cesser maintenant », a ajouté le responsable de l’OMS.

Lire aussi : Medical Credit Fund mobilise 32,5 millions € pour soutenir les PME du secteur de la santé

Une suspension des services dans plusieurs régions

L’agence des Nations Unies a exprimé son inquiétude quant aux conséquences de ces actions sur les systèmes de santé. Elles restreignent l’accès des populations aux soins de santé. Ceci est particulièrement problématique avec la pandémie en cours.

Les incidents ont déjà entraîné la suspension des services d’urgence dans certains établissements. Certains patients et membres du personnel médical ont également fui sans avoir terminé leur traitement médical. « Les agents de santé qui ont prêté serment professionnel de sauver la vie d’autrui doivent être autorisés à travailler sans crainte ni souci pour leur bien-être personnel ou celui de leurs patients », a déclaré le Dr Al-Mandhari.

Le chef de l’agence régionale a également appelé les autorités soudanaises à faire appliquer la loi sur la protection des médecins, du personnel médical et des établissements de santé, approuvée en 2020, et à se conformer au droit international humanitaire.

Lire aussi : Soudan : vers un gouvernement dirigé par un Premier ministre civil