Congo : Le gouvernement suspend les taxes sur les produits de base

0
683
Produits-importés
Les autorités congolaises ont décidé d'annuler les droits de douane sur les produits de première nécessité pour une durée d'un an.

La nouvelle mesure vise à atténuer les effets de la crise actuelle sur le pouvoir d’achat des ménages. Elle restera en vigueur pendant une année, selon la note publiée par les autorités. Certains acteurs estiment toutefois qu’elle est incomplète et devrait prendre en compte les frais de péage.

Le ministre congolais de l’Économie et des Finances, Jean-Baptiste Ondaye, a publié une note indiquant que les taxes sur les produits de première nécessité seront suspendues pour une durée d’un an. La mesure concerne les denrées alimentaires telles que le blé, l’huile végétale raffinée, les viandes, les produits congelés, etc. Elle englobe également les engrais, les intrants agro-pastoraux et halieutiques.

Tous ces produits « bénéficient de l’exonération du droit de douane, de la redevance informatique et de la taxe sur la valeur ajoutée » informe la note. Cette mesure vise à atténuer les effets de la crise actuelle sur le pouvoir d’achat des ménages congolais. Elle permettra de lutter contre la vie chère marquée par l’inflation galopante. Malgré ses 12 millions d’hectares de terres arables, le Congo dépend toujours de l’extérieur pour nourrir sa population. Ses importations alimentaires lui coûtent annuellement entre 760 millions et 1 milliard €.

Lire aussi : Le Kenya supprime les taxes sur le maïs importé

Une mesure bien accueillie mais incomplète

La décision du gouvernement de suspendre les taxes sur les produits de base s’inscrit dans le cadre du Plan de résilience visant à faire face à la flambée des prix. Elle a été saluée par les acteurs commerciaux et les consommateurs qui y trouvent un ouf de soulagement en cette période de crise. « Cette circulaire fait partie des actes que nous attendions pour commencer à percevoir les effets positifs du plan de résilience » a déclaré Mermans Babounga, secrétaire exécutif de l’Observatoire congolais des droits des consommateurs, à l’AFP.

Celui-ci estime toutefois qu’une telle mesure devrait être appliquée aussi bien au niveau des frontières qu’à l’intérieur du pays. « Nous exhortons le gouvernement à faire autant pour l’exonération des frais de péage des véhicules qui transportent les produits vivriers » a proposé Babounga. Les commerçants du pays estiment que les taxes exigées lors du transport des marchandises à l’intérieur du pays sont trop élevées. Ils sont souvent obligés de les rabattre sur le prix final des produits dans les marchés pour rentabiliser leurs activités. Ce qui constitue également une composante de la hausse des cours des produits pour les consommateurs.

Lire aussi : Le Royaume-Uni réduira les taxes sur les importations en provenance d’Afrique

Fidèle DJIMADJA