Tanzanie : le gouvernement bénéficie de 276 millions de dollars pour la construction d’une centrale hydroélectrique à Kakono

0
525
Une centrale électrique
Le gouvernement tanzanien obtient un financement de 276 millions de dollars pour la construction d’une centrale électrique à Kakono.

Le projet est cofinancé par l’Agence française de développement (AFD), la Banque africaine de développement (BAD) et l’Union européenne (UE). La centrale hydroélectrique de Kakono aura une capacité de 87,8 MW.

La construction de cette centrale s’inscrit dans un processus de diversification des sources énergétiques du pays. La Tanzanie dépend en effet à 66% du gaz naturel et du pétrole pour sa production d’électricité. Les financements de l’AFD et de la BAD à la Tanzanie sont accordés sous forme de prêts.Les montants s’élèvent respectivement à 120,7 millions de dollars et 116 millions de dollars. Le gouvernement tanzanien échelonnera le paiement de la dette sur 17 ans. L’UE quant à elle finance le projet à hauteur de 39,5 millions de dollars. Le chantier a été confié à la compagnie publique Tanzania Electric Supply Company (Tanesco). Démarrés le 1er avril dernier, les travaux devraient prendre fin dans cinq ans. La centrale de Kakono sera livrée avant le 31 décembre 2028. L’infrastructure qui sera accompagnée d’un barrage sur la rivière de Kagera permettra d’alimenter environ 4 millions de personnes à l’énergie propre.

Lire aussi : La Tanzanie investit 2,2 milliards $ dans un réseau ferroviaire qui la reliera à la RDC

Un pas vers l’atteinte de l’ODD 7 des Nations Unies

A travers ce projet, la Tanzanie veut remplacer l’utilisation de combustibles fossiles dans le nord-ouest.  Les populations résidant dans cette partie du pays sont obligées d’utiliser des groupes électrogènes diesel et assez coûteux pour éviter les délestages intempestifs. « La centrale de Kakono produira environ 524 GWh par an et cette énergie sera transportée par une ligne de transport de 220 kV de 38,5 km de long jusqu’à la sous-station existante de Kyaka ». C’est en ces termes que s’est exprimée Patricia Laverley, représentante de la BAD en Tanzanie. Par ailleurs, la  centrale hydroélectrique de Kakono concourt à l’atteinte de l’ODD 7 des Nations Unies. Il a trait au développement des énergies durables. Pour rappel, la centrale devrait permettre d’éviter les émissions annuelles de 216 000 tonnes de dioxyde de carbone (CO2) en Tanzanie.

Lire aussi : Tanzanie : le gouvernement signe des contrats d’extraction pour 667 millions de dollars