Tchad : Le Japon et le PNUD lancent un nouveau projet pour renforcer la sécurité humaine dans les zones touchées par l’extrémisme violent

0
177
PNUD
Le Japon et le PNUD lancent un nouveau projet pour renforcer la sécurité humaine dans les zones touchées par l’extrémisme violent au Tchad.

À travers son Ambassade basée à Yaoundé, le Programme des Nations Unies pour le Développement au Tchad (PNUD) annonce la mise à disposition, par le Gouvernement du Japon, d’un fonds d’appui à la mise en œuvre du projet de la Fenêtre Nationale de stabilisation du Tchad. Le but est de projet pour renforcer la sécurité humaine dans les zones touchées par l’extrémisme violent.

Dans le cadre de son budget supplémentaire 2023, le gouvernement du Japon s’est engagé à verser environ 1 139 158 $US à ce projet. Le projet dénommé « Sauvegarder la sécurité humaine dans les zones affectées par l’extrémisme violent au Tchad », comptabilise plus de 500 000 Tchadiens bénéficiaires directes et indirectes. Il s’inscrit dans le cadre des efforts du PNUD, en exécution du mandat à lui confié par le Gouvernement du Tchad, de poursuivre la mobilisation des ressources auprès des partenaires financiers et techniques du Tchad, pour mettre en œuvre le projet de la Fenêtre nationale de stabilisation du Tchad.

Finaliser la stabilisation de la localité de Mittériné

Les fonds alloués par le gouvernement du Japon serviront à finaliser la stabilisation de la localité de Mittériné (Hadjer Lamis). Ils permettront aussi d’apporter un appui en moyens de subsistance aux populations de Daboua (Lac) de mars 2024 à mars 2025. Un appui sera également apporté pour accompagner la Transition et contribuer aux réponses post-transition. Cet appui s’ajoute au financement du projet de « stabilisation d’urgence de Baltram ». Un financement accordé par le Japon pour répondre aux besoins des populations déplacées de Kassalaré affectées par les attaques de l’extrémisme violent et les inondations des mois de septembre et octobre 2022 ainsi que la communauté hôte de Baltram (Hadjer Lamis). Ce projet est en cours de mise en œuvre et touche à sa fin.

Lire aussi : Tunisie : Le Japon investit dans l’industrie pharmaceutique

Le gouvernement du Japon confirme à travers ce financement, sa volonté de rester auprès du gouvernement et des populations du Tchad dans la lutte contre l’insécurité et la pauvreté, et pour l’atteinte des objectifs du développement durable (ODD). Depuis 2010, le Japon a en effet soutenu la stabilisation au Sahel, qui constitue un des principaux piliers de sa politique en matière de l’aide publique au développement. Cela s’inscrit dans le droit fil de sa Nouvelle approche pour la paix et la stabilité en Afrique (NAPSA) adopté en 2019. A titre d’exemple, le Japon a appuyé en 2021 et en 2022, à travers le même dispositif de financement, les programmes de stabilisation dans les régions du Liptako-Gourma et du Bassin du lac Tchad.

Lire aussi : Lutte contre le terrorisme : le Tchad perd 82 de ses soldats dans le nord du mali