Togo : 31 décès enregistrés après les attaques dans le nord en 2023, selon le gouvernement

0
224
Illustration bilan attaques au Togo
Selon les autorités togolaises, 31 personnes dont 11 civils ont perdu la vie à cause des attaques « terroristes » dans le nord du pays.

Les autorités togolaises ont révélé que 31 personnes dont 11 civils ont perdu la vie à cause des attaques « terroristes » dans le nord du pays. Pour la première fois, le gouvernement donne des précisions sur les chiffres. Cependant, l’opposition continue d’exiger des détails sur la situation sécuritaire dans la région des Savanes.

Environ 140 morts, dont 100 civils

À date, l’un des seuls bilans des incidents sécuritaires dans le nord du Togo remonte en avril 2023. En effet, le président Faure Gnassingbé avait annoncé environ 140 morts, dont 100 civils depuis la première attaque enregistrée en novembre 2021, dans la préfecture de Kpendjal.

Lire aussi : Togo : les parlementaires prolongent l’état d’urgence sécuritaire de douze mois

Incidents sécuritaires survenus depuis le début de l’année

Par ailleurs, la porte-parole du gouvernement togolais a énuméré les incidents sécuritaires intervenus depuis le début de l’année ce mardi à la télévision nationale. Sur la liste du gouvernement, figurent une attaque par embuscade, onze accrochages avec les groupes armés terroristes, neuf explosions d’engins explosifs improvisés. Ces différents événements ont provoqué, 31 morts, dont onze civils, 29 blessés et trois disparus, selon la porte-parole du gouvernement togolais.

L’opposition mécontente, exige plus de précisions

L’opposition, malgré ce bilan, dénonce sans cesse, « l’opacité » sur la situation sécuritaire et les obstacles à la libre circulation dans le nord du Togo. En outre, elle continue de réclamer plus de détails sur les circonstances de ces incidents. « Nous aimerions en savoir un peu plus. Là, on nous annonce 30 morts. Jusqu’à aujourd’hui, ni les partis politiques, ni l’Assemblée nationale, ni les journalistes n’étaient informés sur les circonstances de ces assassinats », a déclaré Éric Dupuy, porte-parole du parti ANC de l’opposant Jean-Pierre Fabre.

Lire aussi : Togo : les autorités décrètent l’état d’urgence sécuritaire dans le nord