Togo : le gouvernement bénéficiera d’un financement de 1.8 milliards de francs CFA de l’UE

0
556
Ministère Togo
Le Togo va bénéficier d’un projet du FMI et de l'UE à hauteur de 1,8 milliard francs CFA pour des réformes de finances publiques.

L’Union européenne investira 1,8 milliard FCFA dans un projet de développement des capacités de gestion des finances publiques au Togo. Intitulé « Renforcement de la Gestion des Finances publiques », il sera mis en œuvre sur une période de quatre ans (2023 – 2026).

L’objectif est de renforcer les pratiques budgétaires, la gestion des finances publiques vertes, les investissements publics et les risques budgétaires, en soutenant les réformes clés du Ministère togolais de l’Économie et des Finances. Cette initiative s’appuie sur les progrès réalisés lors des projets précédents, menés de 2012 à 2016 et de 2017 à 2022. Ces projets ont permis d’introduire des réformes telles que la budgétisation sensible au genre et le budget-programme. L’UE, en collaboration avec le FMI, vise à accompagner les autorités togolaises dans la mise en œuvre de ces réformes importantes dans le domaine de la gestion des finances publiques. Dans ce cadre, une délégation du FMI est actuellement présente au Togo pour le lancement officiel du projet, qui se déroule du 5 au 8 juin.

Lire aussi : Le Togo met en service un hôpital de référence à Lomé d’une capacité d’accueil de 200 000 patients

L’UE engagée pour le développement économique du Togo

Cette nouvelle initiative témoigne de l’engagement de l’Union européenne à soutenir le développement et la modernisation des systèmes de gestion financière du Togo. Ceci, dans le but d’améliorer la transparence, l’efficacité et la durabilité des finances publiques du pays. L’investissement de l’UE dans ce projet contribuera à renforcer les capacités du Ministère togolais de l’Économie et des Finances, et favorisera une gestion financière plus responsable et stratégique pour promouvoir le développement économique et social du Togo.

Lire aussi : Togo : l’UE octroie 70 millions d’euros pour le développement agricole et le service social